Eoz

[RP] Huggy : Le pariah de l'abri [Fallout I Ironman game]

21 posts in this topic

Journal du dirigeant de l'abri - 27 mars 2124
Depuis le manque de matériel pour des tests génétiques complets et la panne irrémediable de l'échographe, nous avons redoublé de vigilance quant aux délivrements d'autorisations de reproduction. Nous avons aussi désormais interdit toute reproduction naturelle. Chaque demande devra passer par une étude complète des données génétiques des deux sujets. Si leurs viabilités sont reconnus, alors une fécondation in-vitro sera permise, après sélection drastique des embryons.

Journal du dirigeant de l'abri - 21 juillet 2129
Malgré toutes nos précautions, des jeunes sujets ont commencé à présenter diverses déficiences. Vue altérée, asthme, épilepsie, QI en baisse, propension à la violence ~~ J'ai convoqué le médecin-chef pour mettre en place avec lui une nouvelle politique pour la natalité. Il est temps que ça soit l'abri lui-même qui décide quels sont les sujets qui doivent s'accoupler ensemble pour assurer la pérennité de notre communauté.

Journal du dirigeant de l'abri - 2 février 2133
L'impensable est arrivé, un jeune sujet de 3 ans a été diagnostiqué la trisomie 21. J'ai ordonné son immédiat isolement des sujets sains, nous ne pouvons permettre qu'il pollue leurs esprits avec ses tares.

Extrait étude sociologique portant sur les effets de la nouvelle politique de natalité
(...) Sa déficience mentale a été décelée très tôt et il fût mis à l'écart des autres enfants. Malgré cet ostracisme, ou grâce à sa limitation intellectuelle, cette mise de côté ne semble pas lui avoir porté préjudice. On lui apprit les règles de vie basiques de l'abri puis on le plaça à travailler auprès des ouvriers dès ses 6 ans. Sa petite taille lui permis d'être une mule et un messager très efficace dans les étroits conduits où ils travaillent à la maintenance. Sa gentillesse naturelle et son dévouement ne tardèrent pas à lui valoir un statut de mascotte auprès d'eux.

Dans un sens il fût chanceux. Là où la fécondation in-vitro et l'éducation précoce et utilitariste de l'abri ont eu comme conséquence un délitement de l'amour paternel et maternel envers les enfants, Huggy fût l'un des rares à bénéficier d'une certaine forme d'affection venant d'adultes depuis la mise en place de la nouvelle politique de natalité. (...)


Journal du dirigeant de l'abri - 4 octobre 2151
Le rapport du médecin-chef assurait pourtant que ce sujet déficient ne pourrait ressentir de besoins de reproduction et serait stérile de toutes les façons! Ha! Si l'on ne peut même plus faire confiance aux hommes de science ici, à qui donc ?
Dans tous les cas, le sujet déficient sera castré chirurgicalement pour éviter tout futur incident. La jeune fille qu'il a aggressé se fera avorter bien entendu.


Bloc opératoire - 6 octobre 2151
Au bout de quelques minutes le médecin-chef se releva et il demanda à Huggy de regarder le plafond. Pendant qu'il levait les yeux, des quatres coins de la table, son bourreau tira des sangles qu'il passa autour des chevilles et des poignets. Lorsqu'il l'eut écartelé, les cuisses grandes ouvertes et les bras tendus en V au dessus de la tête, il attrapa une cordelette et ficela la verge et les testicules du pauvre jeune homme en serrant très fort, de la base à l'extrémité. Puis il tendit la corde au maximum et la fixa à un crochet au plafond. La respiration du futur sacrifié se fît haletante.
- Huggy, calme-toi. Tu n'as pas à avoir peur, ça va aller très vite. Tu ne sentiras rien, fais-moi confiance.
Le chirurgien, toujours impassible, se retourna pour prendre quelque chose sur le chariot d'instruments. Lorsqu'il revînt vers Huggy, celui-ci poussa un hurlement d'horreur.
- Nuh pas ça!
- N'aie pas peur, je vais juste te donner quelque chose qui va t'empêcher de sentir la douleur. Ouvre la bouche et ferme les yeux.
Il s'éxécuta en gémissant et là, le médecin, d'un geste ferme et décidé, fourra un cube alimentaire dans la bouche de sa victime et lui comprima les deux lèvres en demandant :
- Dis-moi, tu regrettes ou pas ? Dépêche-toi de me le dire, tu regrettes ou pas ?
Huggy voulu émettre un son, et comme sa gorge s'ouvrit son persécuteur en profita pour enfoncer le cube au plus profond du gosier. Le paquet fermement entravé ne pouvait plus respirer. Après quelques sursauts convulsifs, il bascula dans l'inconscience.


Journal du médecin-chef - 6 octobre 2151
Une vraie boucherie... J'ai pratiqué la castration comme elle se faisait au moyen-âge. Ses cris étaient insupportables. J'aurais préféré l'endormir dès le début mais je n'allais pas non plus gaspiller de l'anesthesiant pour un sujet déficient. Au moins l'avortement sera moins pénible à effectuer, sa grossesse étant à peine entamé.
Le manque d'équipement me pèse de plus en plus. Et le dirigeant qui s'appuie toujours et encore sur moi pour mener sa politique comme un poivreau s'appuierait sur un unijambiste pour éviter la chute...


Journal du médecin-chef - 15 novembre 2151
Mon assistante a administré de la morphine au sujet déficient depuis un mois! Je lui avait pourtant clairement indiqué que sa synthétisation est très difficile et qu'il faut l'économiser pour les sujets sains. Bah! La compassion fait vraiment faire de belles conneries qui en plus mettent en danger toute la communauté! Au moins un sujet sur lequel je rejoins entièrement le dirigeant.
Pour couronner le tout, il me semble qu'il a développé une accoutumance... Je vais retirer l'accès à la pharmacie à tous les assistants et médecins non titulaires, que sais-je encore si eux aussi ne se laisseront pas submerger par la pitié.


Journal du dirigeant de l'abri - 18 mars 2152
Ca n'est plus tolérable. C'est son deuxième accès de violence depuis moins d'un an et cette fois-ci il a bien failli tuer le médecin-chef. Il voulait de la morphine et l'a attaqué quand il s'est vu offrir un refus.
Je ne peux pas me résoudre à le faire éxécuter, j'ai toujours été partisan des méthodes douces, ça n'est pas un sujet déficient qui va me faire perdre mes principes!
J'ai pensé à l'éxiler, mais qui sait qui il pourrait rencontrer à l'extérieur et révéler l'éxistence de l'abri ? Non, ça serait un bien trop grand risque.
La meilleure solution est de l'enfermer et de le maintenir sous forte dose de tranquilisants. Notre sécurité vaut bien ce sacrifice d'espace et de matériel médical.


Journal du dirigeant de l'abri - 9 novembre 2161
Le mouvement souhaitant quitter l'abri s'est considérablement renforcé depuis l'annonce de la panne de la puce d'eau. Je ne peux me résoudre à perdre un tiers de notre main d'oeuvre, ça serait la fin.
La seule solution viable, c'est d'envoyer quelqu'un à l'abri 15, eux auront une puce de remplacement. Mais je ne peux me permettre d'envoyer un sujet sain. Il pourrait influencer les autres à son retour quant à la vie à l'extérieur, ce n'est pas un risque acceptable.
Non, il faut envoyer un pariah, un sujet déficient. Quelqu'un qui n'aura aucune chance d'être le symbole d'une possibilité de vie meilleure hors de l'abri. Et je sais parfaitement qui fera l'affaire.


Journal du médecin-chef - 10 novembre 2161
Il est fou, complètement fou! Non seulement stopper le traitement en si peu de temps va le rendre sujet à des accès de violence du fait du sevrage brutal, mais en plus il veut que je lui administre des stimulants ?! Il veut en faire un monstre...

Journal du médecin-chef - 5 décembre 2161
J'ai fait ce que j'ai pu en moins d'un mois de temps... Ses accès de colère sont moins fréquents et brutaux que la semaine dernière, mais il est toujours très agité. Je lui ai administré une légère dose de tranquilisant avant qu'il ne rencontre le dirigeant à la porte du sas. Il restera entravé jusqu'à sa sortie, par sécurité.

Porte du sas de sortie de l'abri - 5 décembre 2161
Huggy était entouré de quatre hommes armés de tonfa. Son expression restait livide et sans émotion apparente.
L'arrivée du dirigeant, qui se posta face lui mais à distance, ne le fît pas sourciller. Seul ses yeux le fixèrent, toujours sans signe ni de colère ni de surprise.
Le vieux dirigeant joignit ses mains puis se les frotta légèrement, ses yeux ne pouvant s'empêcher de se détourner du regard froid du prisonnier. Puis il redressa le buste et fixa à son tour Huggy, la tête légèrement en arrière pour avoir les yeux baissés vers lui. Il ne pouvait trouver autre chose pour cacher, non la peur, mais l'embarras qui l'envahissait.
- Ecoute, je comprends ce que tu as vécu depuis quelques années. Ca n'a pas dû être facile pour toi. Mais il faut que tu comprennes que c'était une nécessité pour nous de t'enfermer ainsi, tu étais devenu un danger. Nous ne pouvions nous résoudre à éxécuter ou éxiler un des notres, c'était la solution la plus acceptable et la plus humaine à prendre.
Mais mettons tout ça derrière nous. Aujourd'hui je t'offre de recouvrer ta place parmi la communauté. Prouve-nous à tous que tu es devenu un autre homme et récupère ta dignité de citoyen de l'abri. Saisis cette chance mon garçon!
Huggy restait impassible. Il ne clignait pas d'un seul oeil et fixait toujours d'un regard indescriptible le vieil homme encore souriant qui venait d'achever son discours.
- Est-ce qu'il comprend ce que je dis au moins ? souffla t-il au médecin-chef
- J'en doute. Il avait déjà peu de facultés intellectuelles avant son enfermement et son isolement a certainement accentué ses tares dans ce domaine. Mais il était une très bonne mule et un très bon messager auprès des ouvriers de maintenance, ce qui indique qu'il peut recevoir des ordres simples et précis, comme dans le cadre de la tâche que vous lui confiez. Par contre en ce qui concerne votre discours, à votre place je ne me fatiguerais pas plus.
- Bien! dit le vieux dirigeant d'une voix forte en se tournant à nouveau vers Huggy. Si tu n'as pas de questions, je vais laisser le soin aux hommes ici de t'expliquer en détail ce que l'on attend de toi. Bonne chance mon garçon!
Le dirigeant prit congé et Huggy fût briefé pendant plusieurs heures sur l'abri 15, son emplacement et la puce d'eau. Tout lui fût réexpliqué plusieurs fois. Il hochait la tête mécaniquement, toujours avec une expression fermé, si bien qu'il était difficile de savoir s'il comprenait voire s'il écoutait. Mais il était, de toute façon, dispensable et l'on se souciait peu de savoir s'il réussirait. On finirait bien par envoyer quelqu'un de vraiment compétent, pensait-on parmi la communauté.
Une fois ce long briefing terminé, on indiqua à Huggy que son équipement était déjà dans le sas de sortie et qu'il était temps d'y aller. On lui enleva enfin ses entraves et on l'invita dans le sas. La porte intérieure se referma, le mécanisme de la porte extérieure commençait à vrombir...
Depuis 9 ans il était maintenu dans un quasi coma, aujourd'hui on lui offrait un cadeau empoisonnée. Sa liberté... en dehors des portes de l'abri.


Image IPB

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le prologue d'une partie de Fallout I que je vais roleplay. Je vous conterais les aventures de Huggy au fur et à mesure, plus sous forme de screenshots commentés que de narration comme c'est le cas pour ce prologue. Mais il y aura certainement quelques passages narrés ça et là. A noter que je vais jouer en Ironman, c'est à dire que je m'interdis de sauvegarder.Critiques et encouragements sont toujours les bienvenues pour la motivation :wink:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Chapitre I - En route vers l'abri 15

L'équipement de départ, après avoir fouillé le corps d'un autre sujet déficient envoyé il y a un mois. Quelques fusées éclairantes usées gisent tout autour du cadavre. Apparement il s'est laissé mourir de faim, surement trop apeuré pour avancer dans cette caverne sombre. Les rats se sont repus du peu de chair qui lui restait sur les os, d'innombrables entailles sont visibles.
Image IPB

Pas rassuré, Huggy sort le 9mm et décide de courir droit devant lui. Deux rats le poursuivent et tentent de le délester d'un de ses mollet. Il tire par pur réflexe et fait mouche, les deux rongeurs ne sont plus qu'une bouille rougeâtre. Un bon coup de pied aurait certainement suffit. Mais habitué aux néons et au bruit monotone des conduits d'aération de la cellule dans laquelle il a passé les 9 dernières années de sa vie, la profonde obscurité ainsi que les cris perçants et frénétiques qui parcourent la caverne lui font perdre tout sang froid.
Après quelques minutes de course effrénée, il aperçoit un halo lumineux. Enfin, une lumière naturelle...
Image IPB

6 jours après avoir quitté l'abri et prit la direction de l'abri 15 vers l'est, Huggy tombe sur une petite communauté, Shady Sands. 'Bienvenu', 's'il vous plait', des mots devenus étrangers dans les oreilles de Huggy et qui le laisse pantois plusieurs secondes. Il range finalement son arme et entre.
Image IPB

A part les ouvriers avec lesquels il avait travaillé et vécu des années depuis son enfance, personne ne pouvait comprendre ce qu'il disait. La méfiance naturelle vis à vis de sa différence physique et de son langage particulier reprend donc rapidement le dessus et la femme qui l'accueillit, bien qu'agréable, lui demanda d'éviter de blesser qui que ce soit ici.
Image IPB

Symbole d'espoir et de paix pour Shady Sands, symbole d'humiliation et de souffrance pour Huggy. Un rictus de douleur et sa main passant dans son entrejambe ne laissent aucun doute sur les souvenirs qui refont surface à la vue de l'obélisque. Désolé, pas touche aux fifilles Huggy.
Image IPB

Après avoir parlé à Aradesh, le chef du village, et avoir eu son accord pour rester, Huggy est intrigué par une odeur familière. La même qui régnait au sein du poste médical de l'abri. Il ne tarde pas à découvrir la maison du médecin de Shady Sands et, poussé par son penchant pour la morphine, il décide de jeter un oeil dans les poches et sur les étagères du bonhomme. Bingo!
Image IPB
Image IPB

Un guide et de l'aide pour combattre ne serait pas de trop. Mais Ian ne fait pas dans le social. En même temps, Huggy ne fait pas dans la cible d'entrainement au tir :shock:
Image IPB

Une BD Indiana Jones encore sous blister avec en cadeau la corde Indy ©
Image IPB

Après avoir lu ('fin regardé les images..) Indiana Jones et "Il était une fois la Vie" puis s'être reposé, Huggy se met en route pour l'Abri 15 au petit matin.
Image IPB

Share this post


Link to post
Share on other sites
Chapitre II - Ragoût de rat pas ragoûtant du tout

Ici aussi les rats ont envahi les lieux, y compris l'abri lui-même. Allez Huggy, t'es un homme maintenant, un peu de coui.... Désolé.
Image IPB

Dans l'obscurité, il aperçoit une masse informe. Qu'est-ce que c'est ça ?
Image IPB

C'est le moment de craquer une fusée éclairante.
Image IPB

Oh bordel! Et c'est que c'est rapide en plus. Pas beaucoup de munitions, mieux vaut attendre qu'il soit en plein dans la lumière de la fusée.
Image IPB

Voilà nickel.
Image IPB

Touché à la patte mais il en garde l'usage. C'est le moment de reculer après chaque tir maintenant.
Image IPB

Encore touché, mais toujours pas de critique qui lui casse la patte.
Image IPB

Un dernier tir dans le torse et il s'écroule.
Image IPB

Où se dirige Huggy en premier en entrant dans l'abri ? Ben ouais.
Image IPB

Allez, c'est le moment de mettre en pratique ce que t'as appris dans Indiana Jones.
Image IPB

Dès son arrivée, un truc bizarre vient lui renifler les fesses.
Image IPB

Un peu titillé faut l'avouer, Huggy veut faire la lumière sur son prétendant peu farouche.
Image IPB

Ouch! Bon il est un peu pas mal en chien Huggy, ok, mais y'a des limites quand même.
Image IPB

Pas de panique, ce ne sont que... des rats mutants carnivores :shock:
Image IPB

Share this post


Link to post
Share on other sites
Chapitre II - Ragoût de rat pas ragoûtant du tout (suite)

Après quelques ronds de jambes et de la moule (voir les miss des rats dans la petite fenêtre).
Image IPB

Huggy, inconsciemment, est attiré vers les toilettes esperant y trouver de l'eau pour se désaltérer afin de guérir ses blessures. Mais il ne trouve qu'un trou rempli de vase verdatre. Tant mieux Huggy, même dans le cas complètement improbable que tu ais trouvé de l'eau croupissante depuis plusieurs dizaines années, elle t'aurait donné une dysenterie que t'aurais vraiment, mais vraiment sentie passer. Toute ressemblance avec un jeu actuellement en production est purement fortuite.
Ah mais non! Ca n'est pas pour l'eau des toilettes que tu es venu, bravo mon gars!
Image IPB

Dans un casier dans la pièce à côté.
Image IPB

Pour Huggy, l'habit fait le moine. Une veste en cuir et un gros fusil dans les mains, il se sent (presque) un homme.
Image IPB

Les rats du coin ne tardent pas à subir le trop plein d'hormones du nouveau Huggy.
Image IPB

Le rat physionomiste aux manières un peu particulières, fidèle au poste, à la sortie de la cage d'ascenseur.
Image IPB

Après quelques dézingages supplémentaires de rats, Huggy obtient finalement son certificat de dératiseur.
Image IPB

Comme une bonne nouvelle ne vient jamais seul, les casiers ne sont pas vides. Stop Huggy, joue pas avec ça comme ça! :shock: Ce n'est ni une bite ni des couilles artificielles.
Image IPB
Image IPB

La puce d'eau est là dedans. Huggy reste là, pensif un moment. Il sait que s'il retourne bredouille à l'abri, avec la nouvelle de l'abri 15 dévasté, il sera éxilé définitivement. Bien qu'on lui ait fait subir les pires atrocités, il garde paradoxalement une loyauté intacte envers l'abri et le considère malgré tout comme son chez-lui. Un éxil serait pour lui une véritable mise à mort, les quelques bons souvenirs lui restant se trouvant aussi dans cet endroit.
Image IPB

Dans tous les cas, il décide pour l'instant d'explorer le reste de l'abri 15 puis de retourner à Shady Sands.
Image IPB
Image IPB

Sur le retour, Huggy rencontre des proches de la colonie de rongeurs de l'abri 15 qu'il vient de dératiser. Pardon à la famille, aux amis, tout ça...
Image IPB

De retour à Shady Sands, il s'écroule sur le lit.
Image IPB

Share this post


Link to post
Share on other sites

Excellent !!! :cool2:La suite ! La suite ! Bravo Eoz pour cette aventure, je remarque au passage que tu joues avec un Fallout 1 en anglais, vivement le PNO français pour Fallout 1 (PNOF1) qui reprendra le travail de la team X avec le mod NPC et les corrections à faire en français. Tu utilises ces mods pour la version anglaise avec Huggy ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout vient à point à qui sait attendre! [Pratique les vieux proverbes pour cacher ses vices, la flemme en l'occurence :grin: ]Sinon oui, le patch 1.3.2 et le mod NPC. D'ailleurs ça semble bouger à NMA pour fignoler ce patch. Killap a recensé tous les bugs connus non corrigés par la TeamX et un thread est ouvert pour faire des bugs reports.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Chapitre III - De retour à l'abri

L’intercom se mît à crachoter et une voix peu assurée se fît entendre.
- Qui… Qui est-ce ?
- Huggy
L’intercom resta silencieux, seul le souffle de l’appareil centenaire se faisant entendre puis après plusieurs secondes, plus rien. L’interlocuteur de Huggy avait coupé.

Fatigué, il s’adossa contre une des parois de la caverne. Les cris perçants des rats emplissaient toujours l’endroit. Mais Huggy n’en était pas effrayé cette fois-ci. Au contraire, ce carphanaüm sonore le détendait, le berçait. Il ferma les yeux et se laissa envahir par le frénétisme que lui communiquaient les rongeurs. Un profond de soupir de bien-être ne laissait aucun doute sur l’effet bénéfique que ça avait sur lui.

Après plusieurs dizaines minutes, l’imposante porte de l’abri se mettant en branle sortit Huggy de la torpeur dans laquelle il s’était plongé. Il se remît sur ses pieds avec vivacité et attrapa son barda.

Une fois dans le sas, on le fît de nouveau patienter. Il se savait observé par le biais de la caméra fixé sur lui.
- Dépose tes affaires dans ce casier lui ordonna une voix
Huggy s’éxécuta et y déposa son sac et son fusil.
- Très bien, maintenant la porte intérieure va s’ouvrir. Nous allons vérifier ton niveau de radiation à l’entrée, sois coopératif.

De même que ce fût quatre gardés armés que vît Huggy pour la dernière fois avant sa sortie, quatre gardes armés fûrent les premiers habitants qui l’accueillirent à son retour. A peine fît-il un pas que l’un des garde lui ordonna de s’arrêter là. Un deuxième, un compteur geiger à la main s’approcha de lui. Il passa l’appareil des pieds à la tête d’Huggy, un léger crépitement se faisant entendre.
- Niveau de radiation sous la limite dangereuse.
- Très bien, je vais chercher le médecin-chef. Gardez bien l’œil sur lui, on ne sait pas encore ce qu’il a pu devenir au contact du monde éxterieur.

Les trois gardes restants montraient des signes de nervosité. Il faut dire que Huggy n’avait plus du tout l’apparence d’un habitant de l’abri. Le peu de sa tenue qui restait visible sous ses guenilles en cuir était complètement déchirée et était recouverte d’une épaisse couche de poussière agglomérée, faisant virer sa couleur vers le marron. Les heures passés sous un soleil de plomb avait brûlé et crevassé sa peau et ses mains étaient écorchées de toute part, contrastant largement avec la peau extrêmement claire et lisse à laquelle tout le monde était habitué dans l’abri. Son visage était devenu celui d’un parfait étranger à tout point de vu, sa tare physique et son expression renfrognée ne faisant que renforcer ce sentiment chez les gardes. Cela nourrissait leur imagination quant à ce quoi il a pu être confronté à l’éxterieur.

Le médecin-chef fît son apparition une minute plus tard et s’avança tout sourire vers Huggy.
- Je dois dire que je suis surpris de ton retour ! Surpris mais heureux ! Lâcha t-il avec un rire quelque peu nerveux et sans rencontrer son regard. Allez, suis-moi, je vais t’éxaminer et soigner ces quelques blessures avant que tu ne rencontres le superviseur.
- Nuh, c’est fini docteur.
Il le regarda avec étonnement.
- Qu’est-ce qui est fini Huggy ?
- Vous docteur.
D’un geste rapide, il attrapa fermement le bras droit du médecin avec sa main gauche et il plongea la main droite dans sa veste en cuir pour sortir le pistolet-mitrailleur qu’il avait dissimulé. Il le pointa à bout portant sur la poitrine du docteur et appuya sur la détente qui déclencha une rafale de balles qui la traversèrent de part en part. Il ne laissa échapper aucun cri de douleur, tellement la mort le surprit rapidement.

La stupéfaction des gardes joua en faveur de Huggy et il pût en abattre deux avant qu’ils n’aient une quelconque réaction.
- Désarme-le bordel ! Lança le premier au second.
Il s’élança vers le meurtrier de leurs compagnons mais Huggy, parfaitement préparé, lui balança un coup de pied dans le thorax qui fît valser l’intrépide en arrière. Il n’eût pas le temps d’atteindre le sol qu’une dizaine de balles le transperçèrent. Le garde restant s’était pendant ce temps dirigé vers l’intercom mais ce ne fût que le bruit de sa cervelle éclaboussant la console qui passa.

Huggy resta quelques instants à contempler le visage figé de surprise du médecin-chef. Les souvenirs de sa castration et de son internement de 9 ans repassait en boucle dans son esprit, avec ce visage en toile de fond. Il l’avait hanté des années durant et il ne put s’empêcher de tirer une rafale dans la tête du cadavre, comme pour tenter de l’effacer de sa mémoire.

Image IPB

Huggy n’avait plus que le superviseur en tête. C’était le second visage qui le hantait. On pouvait entendre, dans l’ascenseur qui le menait vers le troisième niveau, une vieille musique du début du XXème siècle.

With my eyes wide open I'm dreaming
Do I deserve such a break?
Pinch me to prove I'm awake
I can't believe that you're really mine



C'était l’un des titres des Ink Spots, dont Vault-Tec avait acheté les droits de leurs albums pour équiper les consoles de loisirs et les ascenseurs de leurs abris.

Huggy arrivait au mauvais moment. C’était l’heure de la distribution de la ration d’eau, une majeure partie des habitants de l’abri étaient regroupés devant la salle d’entrepôt des vivres. Son apparition ne passa pas inaperçue. Tous les yeux se tournèrent vers l’étrange silhouette sortant de l’ascenseur et des multitudes de murmures émanaient de la foule.
Huggy s’avança lentement vers elle et fît mine de vouloir passer.
- Qui es-tu ?! Comment es-tu entré ici étranger ?! Un habitant lança en se postant devant Huggy.
Cette question blessa Huggy. L’habitant qui venait de la poser était un vieil homme, un vieil homme qui était ouvrier et qui cotoya Huggy de longues années durant son enfance et son adolescence.
- Vous me laisser passer, moi parler au superviseur.
- Certainement pas ! Tu vas attendre ici le temps que quelqu’un contacte le poste de garde à l’entrée pour savoir ce que tu fiches ici !
- Moi pas vouloir du mal à vous, moi vouloir parler superviseur pour puce d’eau.
- Comment es-tu au courant pour… comme frappé d’un flash, le vieil homme écarquilla grand les yeux. Huggy ?
- Oui dit-il avec un regard et un sourire empli d’amitié et de reconnaissance envers le vieil homme.
- Ca alors ! Personne n’aurait cru que tu ais survécu ! s’écria t-il avec enthousiasme. Je suis heureux que tu sois de retour mon garçon.
Soudainement, un habitant arriva en courant et haletant il déclara.
- Les gardes sont morts à l’entrée ! Je viens de le voir avec la caméra ! Ils sont morts !
Tout le monde se gela net de stupeur quelques secondes puis se tournèrent vers Huggy. L’instinct de survie commandant, il n’attendit pas et sortit l’une des grenades de sa veste, la dégoupilla puis la lança avec précision en plein milieu de la foule. Ce fut un carnage. Les murs de chaque côté du couloir étaient recouverts de restes humains. Le vieil homme n’y échappa pas. Seule une jeune femme, blessée gravement à la jambe, tentait de fuir en se trainant par terre. Huggy l’ignora et se dirigea vers le centre de commande.

Image IPB

Une fois passée la porte, un balle siffla à son oreille et ricocha contre la paroi du mur. Huggy eût juste le temps de repasser la porte et de se réfugier de l’autre côté avant qu’une deuxième balle ne passe l’encablure où il se tenait à l’instant.
- Espèce de connard ! Je savais bien qu’on aurait dû te buter dès ta naissance ! Tu nous as attiré que des emmerdes !
C’était l’officier de sécurité du centre de commande, la seule personne autorisée à être armée en permanence. Elle était tout particulièrement connue pour avoir été à l’origine de l’interdiction par le superviseur de tout recrutement de sujet déficient au sein du pool de sécurité de l’abri.
Huggy avait l’avantage de l’arme. Le 9mm à six coups de l’officier ne faisait pas le poids contre son pistolet-mitrailleur. De plus il était peu probable qu’elle se soit entrainée au tir ces derniers temps, si tant est qu’elle l’ait déjà fait. Son arme avait une vocation purement dissuasive.
- Allez montre-toi mongol de mes deux !
Huggy ne se fit pas prier et jaillit par une roulade de l’encablure. L’officier s’avéra en effet une piètre tireuse, la vivacité de Huggy n’aidant pas, et fit ricocher deux nouvelles balles dans le mur. Le cabri tira une rafale dans les jambes de l’officier, laquelle s’écroula dans un cri de douleur aigu, son arme tombant hors de sa portée. Huggy se releva et s’approcha de l’officier.
- P'tit enculé ! Tu ne mérites pas de vivre pour tout le mal que tu viens de faire ici ! C’était des innocents qui…
- Ta gueule ta gueule ta gueule ! Lui cria Huggy en lui vidant le reste de son chargeur dessus. Moi pas vouloir tuer ! Moi pas vouloir faire mal ! Vous faire mal cœur à Huggy, vous faire mal corps à Huggy aussi ! Vous méchants, vous responsables !
Il ne désirait pas de réponses à ça et il s’était arrangé pour que l’officier ne lui en donne pas de toutes les façons. C’était sa justification pour sa vengeance et il ne souffrirait aucune contradiction de qui que ce soit.

Image IPB

Il se dirigea finalement vers le siège de commande du superviseur. Lui parler et lui demander pourquoi ou tirer avant de poser les questions ? Huggy ne savait toujours pas et ce qui arriverait serait dicté par l’instinct du moment.

Image IPB

Mais Huggy ne su pas comment il aborda la situation car il se réveilla en sursaut, trempé de sueur, son cœur battant la chamade. Ce n’était qu’un cauchemar… ou l’était-ce vraiment ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Ben, Narg, Hawk et VacnorMerci pour vos messages :smile:Les questions et les critiques sont aussi les bienvenues. J'écris pour mon plaisir mais aussi pour le votre, donc si quelque chose vous semble non pertinent, loufoque ou mal tourné, n'hésitez pas.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Haha magnifique le principe du cauchemar, au début je me demandais ce que Huggy foutais la ! J'aurais pensé qu'une sirène aurait averti les gardes dans les étages avant l'arrivée d'huggy mais la façon dont tu décris leur stupéfaction est assez réaliste et plutot marrante. Très bon, c'est un vrai régal en tout cas, continue comme ca Eoz !

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'avoue que l'histoire de Huggy est particulièrement réaliste, compte tenu de la discrimination de l'abri 13 envers les "étrangers".J'adore! Mais c'est abusé le coup du cauchemar ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ouais c'est clair que c'est vraiment des enfoirés de pourris qui sont à la tête de l'Abri 13, et c'est pas pour rien que certains ressortissants de l'Abri 8 ont créé la Cité de l'Abri non plus...

Share this post


Link to post
Share on other sites

En plus, le ptit vieux là, l'éspece de truc qui nous sert de dirigeant, il est tout calme et tout, il nous envoye dans la merde et une fois fini, TU TE CASSE! Ca ca m'avai bien énervé sur le coup ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hello!

Enormément de taf ces derniers temps et le peu de temps dispo je l'ai consacré à mon reste de vie sociale :crazy:

Hawk je pense pouvoir contribuer à petite dose au restoration project, je te tiendrais au courant.

Sinon je compte bien continuer l'histoire, mais je ne préfère pas donner de délai :biggrin5:

Et en effet c'est beaux connards, mais je les comprends d'un autre côté. Toute la génération qui vit dans l'abri au moment de Fallout 1 a dû être élevée dans la peur de ce qu'était le monde extérieur et certainement de ce qu'il a dû devenir. On ajoute à ça la dégradation des conditions de vie certainement, au fur et à mesure, donc forcément la mise en place d'un dictact doux pour tenir tout ce beau monde.
On peut aussi penser que les mecs ayant des responsabilités au sein de l'abri auraient tout à perdre à permettre une sortie, clairement ils perdraient le statut qu'ils ont au sein de la communauté.

Edit : Coulis sinon y'a un moyen voire deux de tuer le dirigeant dans la cinématique de fin ;) Une prévue par le jeu (je te laisse chercher!) et une en jouant avec le mode combat il me semble

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.