Jump to content

L'histoire de Ksam et Smartiz


Guest Cbast

Recommended Posts

Cours 2077: La Grande Guerre, les bombes sont lancées... Les abris sont fermés...

25 juillet 2085: Vous sortez de votre abris (L'abris n°23) implanté à Houston dans l'état du Texas. Toutes les autres villes aux alentours sont pour la pluparts dévastées. La population qui se trouvait avec toi a utilisé le JEK pour rendre une zone fertile pour la ville. Tu va partir à l'exploration de ce monde post apocalyptique, tu choisis toutes tes actions ! Tu peux voyager seul, ou avec un autre joueur du forum. L'histoire va se créer en fonction de tes actions dans le jeu. Ton destin est intéractif...

Voici ton inventaire:


Stimpacks x3 Image IPB
Récupération: 12 points


Fusil de chasse Image IPB
Dommages causés de 5 à 12 points selon la distance et l\'endroit visé.


Munitions: x20 Image IPB


Dollars: 95 $ Image IPB


Nuka Cola x2 Image IPB
Récupération 3 points


Repas x2 Image IPB
Récupération 5 points

Et une boussole.



Tu regardes une derniere fois autour de toi...

Houston, l'une des villes les plus modernes des USA il y a 8 ans, la ville a bien changé, elle est maintenant composée plus que de gravats et de poussière...

Le soleil brille, il fait très chaud, tu regardes ta montre elle indique 15:34, c'est l'heure de partir...

Tu n'a pas encore de carte sur toi il va falloir que tu en trouve une.
Tu regardes ta boussole, dans quelle direction va tu partir ?
Nord, Sud, Est, Ouest ?


C'est à toi de jouer !
Ton destin est écrit... :)
Link to comment
Share on other sites

Ksam contempla le désastre apocalyptique autour de lui..."J'pensais que ça aurait été pire...". Il avait toujours un point de vue plutôt relatif, n'étais jamais heureux, ni malheureux. Ce gars là, on avait du mal a le cerner."Bon , est ce que j'ai bien tout...", il vérifie son pactage."Cric-Crac!" Il charge le vieux fusil de chasse qui lui a été donné, d'une manière plutôt agile. "Si j'ai bien compris, maintenant, faut trouver quelque chose ou quelqu'un qui puisse m'être utile..."Sac bien arnaché sur son dos, ses rangers bien attachées, ses cheveux bien ajutés, le fusil pendant au bout du bras, il se dirigea tranquillement vers le Nord a la recherche d'un signe de vie, mais aussi, si par chance ça existerait, d'un bout de carte des environs...

Link to comment
Share on other sites

Et cap pour le Nord.Ta route sera très longue mais tu y va d'un pas avancé, à la recherche d'une autre ville peut etre habitée, en éspérant que les habitants n'aient pas subit le massacre de la bombe nucléaire.On verra bien. Si il n'y a personne, tu pourra t'attendre à d'autre créatures hostiles qui auront quant à eux, peut etre, subit des mutations pendant la désintégration nucléaire.Après plus de 40 mins de marche, te voila à la sortie de la ville, tu reconnais cet endroit famillier, tu y passais assez souvent pour aller voir ta famille qui est (ou qui était) à l'autre bout du pays. Le panneau qui indique la sortie de Houston est toujours à sa place, mais un peu tordu, rouillé, à moitié oxydé par les acides.Tu détournes le panneau et tu apercois à 5 metres un mécano qui essaie de réparer sa...voiture ??Serait-ce encore possible de réparer une telle ruine de nos jours ?Que fait-tu ?

Link to comment
Share on other sites

(hrp : est ce qu'on peut gérer une partie des réactions des autres personnes, ou seulement les notres?)Ksam s'avança tranquillement vers le type qui ressemblait bien à un mécanicien...<<Ce dernier, surpris de voir un homme, à croire qu'il n'en avait plus vu depuis longtemps, de part l'expression de son visage, fit un bond en arrière en s'apercevant qu'il tenait, en plus, un vieux fusil.>>"Bonjour", dit Ksam. <<Il ne vit pas l'expression du mécano changer.>>Il s'approcha calmement, toujours le fusil pendant. A hauteur de la voiture, ressemblant a une épave peinte de rouille,il s'arrêta et posa son fusil sur son épaule, laissant sa main droite libre."Je m'appelle Ksam. J'ai quelques connaissance en matière de mécanique, si tu as besoin d'aide. Puis-je me permettre de te demander ton prénom et ce que tu fais en ces lieux?" Le ton de sa voix n'était ni chaud ni froid, comme dépourvu de sentiments. On sentait que cet homme n'était pas un grand bavard. Avec lui on savait que si nous voulions tenir une discussion, il fallait parler, et lui, écouter. Elles ne pouvaient donc pas durer bien longtemps.Plutôt discret et réfléchi. Mais quelquechose dans ses yeux d'un bleu-vert éclatant, montrait que l'on pouvait lui faire confiance.(hrp : j'ai mis entre << ... >> les réactions du mécano...ne sachant pas si je pouvais ou pas le controler plus ou moins. Bien que j'en doute, il ne faudra donc pas en tenir compte si c'ets le cas :) )

Link to comment
Share on other sites

(No souci, tu peux aussi bien controller tes réactions que ceux des PNJ. Tu peux aussi prendre des initiatives, c'est à dire si tu as envie de flinguer la tete de ce type, tu peux le faire ! :P.)Après avoir s'etre distancé de toi par le fait d'avoir été surpris par ta brusque apparition, la réaction colérique du mécano prend finalement le dessus."Enchanté, je suis Jonathan, heuu, désolé, je ne te sers pas la main, je suis pleine de suie. Voit-tu, je m'acharne contre cette bagnole voila déjà 1h environ. OUI, c'est la mienne; parce que je l'avais abandonnée à proximité de l'abri, et je la reconnais grâce à la plaque qui ne s'est pas encore décrochée du pare-choc.Elle est dans un piteux état mais elle est réparable. Tu m'dis que tu t'y connais un peu en mécano, que sais tu-faire exactement ?Et pourquoi te promenes-tu avec un fusil en main ?

Link to comment
Share on other sites

"Enchanté Jonathan." Il avait beau être froid, Ksam, mais il avait quand même un charisme imposant. "Il faut que j'essaye de m'ouvrir...si l'on veut que l'on me fasse confiance, au début. Ce n'est pas un problème, jouer un rôle, j'ai su faire ça toute ma vie"pensa Ksam. "Je viens d'un abri tout comme toi on dirait. Duquel viens-tu?"[...]" Autrement, mon grand-père était mécanicien pendant l'avant-guerre, il m'a appris 2 3 trucs...Je l'ai malheuresement perdu pendant la guerre. Ce fusil est le sien, il me l'a confié, alors qu'il s'en allait vers l'au delas, me faisant promettre de protéger mes proches...""Puis-je te demander, Jonathan, ça fait 1h que tu es arrivé ici? Tu penses qu'elle peut avoir survécu à la guerre? Sans vouloir t'offenfer, j'ai vu pas mal de carcasses de ce genre depuis que je suis sorti de mon abri...Mais, je vais t'aider si tu me le permets, à deux, nous y arriverons peut être plus facilement."Jonathan était calmé. Et il se senti apaisé, a l'idée de partager son fardeau...

Link to comment
Share on other sites

"Du meme que le tiens, Mais c'est vrais que je ne reconnais pas toutes les têtes encore, étant donné de la facon que le dirigant nous as disposé: une partie au 1er étage, l'autre au 2eme, etc...Tu veux bien m'aider ? Mais je crois que tu as raison, je dois surement perdre mon temps à essayer de remettre en marche cette carcasse.Il m'est simplement venu à l'idée de la réparer pour une simple raison, parce que je voudrais absolument quitter cet endroit de merde, et rejoindre la Cote Ouest des U.S.A., en Californie du Sud. Il parait qu'ils ont fondé 2 abris la-bas, la 15 et l'autre...merde, je ne me rapelle plus du N° de l'autre... Juste avant le déclenchement des bombes, j'ai laissé ma famille la-bas, et je voudrais y retourner, pour m'assurer que tout c'est bien passé.Tu voyages aussi ? Ou vas-tu ?

Link to comment
Share on other sites

"Ah bon...je ne me souviens pas de toi" dit Ksam, en paraissant étonné.Il réfléchit à ce qu'il pourrait bien répondre à Jonathan. La réponse vint au tac-o-tac."En Californie du Sud dis-tu...il me semble que les 2 abris construits la-bas sont le 15 et le 13...je le sais, parce que j'ai des amis qui y ont été affectés. Apparemment, nous avons la même destination toi et moi..." Jonathan fut soulagé d'apprendre qu'il n'allait pas voyager seul..."Jettons quand même un coup d'oeil à ta voiture si nous pouvons faire quelquechose, la Californie d'ici, en passant par le désert, à pied, c'est peine perdue je crois." Ksam aperçut quelque chose sur la banquette arrière de la voiture..."A ta sortie de l'abri, le dirigeant t'aurait-il donné un équipement?Comme des vivres, a boire, etc...il me semblait qu'il en donnait à tout le monde désireux de quitter notre abri..."Ksam remarqua que Jonathan essayait de dissimuler un sac et d'autres choses qu'il ne put distinguer, qu'il avait placé sur la banquette arrière de la voiture...

Link to comment
Share on other sites

Jonathan se projete avec hate sur la banquette arrière:"NOOON !! Touche pas !...Heu enfin, je veux dire, oui, ce sont mes affaires, il y a des vivres, et de quoi se ravitailler... Excuse-moi d'avoir été si impulsif avec toi...je ne voulais pas, et comme je suis très nerveux en ce moment, j'ai l'impression que tout le monde me recherche...c'est pour cela que je voudrais quitter au plus vite ce trou paumé."Il remballe son sac, puis l'enfille rapidement sur lui."Bon, il faut tout de suite se mettre à la recherche de pièces manquantes si nous ne voulons pas etre à la traine...voyons, il me faudrait un régulateur d'énergie, des cellules energetiques, et des outils, ca ne devrais pas etre dur à trouver ca...Que fait-tu ?

Link to comment
Share on other sites

Ksam remarqua la réaction de Jonathan. Il n'en fut pas étonné, et détournait presque les yeux de la situation.Il lui adressa la parole en se retournant, le voyant du coin de l'oeil,"Si nous allons dans cette direction, je pense que nous pourrions trouver ce qu'il nous faut". Sa voix montrait qu'il fallait qu'il retourne sur ses pas."Comme je te l'ai déja dis, Jonathan, sur ma route, j'ai croisé quelque carcasse avons trouver. Ca ne m'étonnerait pas que certaine d'entre elle possède ce qui nous manque."Ils partirent donc ensemble sur le chemin du Sud."Nous revoilà dans la ville" dit Jonathan. Ils cherchèrent ensemble un petit moment. Une petite heure, et ils rentrèrent avec ce dont ils avaient besoin.De retour à la voiture, contents de leurs trouvailles, Ksam offra une bière à son collègue. (hrp: le but ici n'st pas de gagnesr des pv mais de faire un role play comme s'il buvait un coup pr se divertir quoi, ça a une influence sur l'inventaire?...)"Ca devrait pas tarder" pensa Ksam...Il se penchèrent de nouveau sur la voiture, qui ressemblait désormais moins a une épave aux yeux de Jonathan, qu'avant, maintenant les pièces en main."Aaaah...Le plus dur est fait, on a trouvé les pièces. Je peux m'occuper de les installer si tu veux, j'en aurais pour 10min a tout casser..."15 minutes plus tard, un bruit du voiture. Un démarrage. Puis, un coup de feux...En un battement de paupières, Ksam avait pris son arme déjà chargée, et y avait vidé une cartouche dans la tête de Jonathan,à bout portant.Le corps tomba lourdement sur le sol. "Adieu", dit-il, d'une froideur dépourvu de sentiments. Ce monde était devenu bien hostile, et Ksam comptait y régner en maître.(HRP : bon j'ai pris beaucoup beaucoup d'initiatives dans ce passage, mais le but étant de rejoindre Smartiz au plus vite...je comprendrais que tu me dise qu'il y en ait trop ^^, donc si c'est génant, on poura en modifier une partie, que ça ressemble plus a du role play qu'a un roman :wink: )

Link to comment
Share on other sites

(non, gardes tes initiatives, c'est très bien comme ca ! je l'ai un peu préssentit d'ailleurs, 5 post avant: "Tu peux aussi prendre des initiatives, c'est à dire si tu as envie de flinguer la tete de ce type, tu peux le faire !"^^)

Un seule coup de feu à bout portant au niveau de la tete de ce pauvre type à suffit pour faire jaillir du sang à l'arrière de son crane. (j'épargne les détails pour les ames sensible :P)

Tu vois ce corps allongé, devant toi, avec une grosse flaque de sang à tes cotées *possibilité de le fouiller*.

La voiture, quant à elle, vrombe difficilement, et tremble de toutes ses tôles. Une voiture qui ne dépassera pas les 10km surement...

Au meme moment, tu vois un type, au loin, qui t'interpelle:
"Hey, toi !!"

Serait-ce Smartiz ?

Il a l'air surpris du coup de feu qu'il vient d'entendre

Que fait-tu ?

Link to comment
Share on other sites

Ksam regarda le bonhomme du coin de l'oeil...Un petit, blond, un peu maigre...une casquette...bizarrement, elle était propre...Un léger sourire se dessina sur les lèvres du grand brun, qui pouvait signifier beaucoup, comme on ne le voyait jamais sourire...Ksam se pencha sur le corps de Jonathan, gisant dans son sang. Son sourire avait disparu. Il le fouilla, et pris le sac de ce pauvre homme qui se trouvait sur la banquette arrière."Allez Smartiz, amène-toi " dit Ksam. Ca été a peine parvenu aux oreilles de ce jeune homme, que ce dernier accourait déjà dans sa direction. Ksam ne criait jamais, il n'aimait pas ça. Ca amenait l'homme dans un certain état primitif qu'il ne pouvait supporter. Il avait appris à garder son sang-froid...Un grand sourire sur son visage fin, son sac balant sur son dos, le faisant presque basculer sur les cotés quand il courrait...et qui en plus n'arrêtait pas de hurler...c'était bien le seul homme qui, lorsqu'il braillait, faisait presque sourire Ksam..."Sacré bonhomme" marmonna Ksam."Allez viens, j'temmène faire un tour...Cette caisse nous mènera pas bien loin, mais autant l'utiliser..."(Ce message pourra être édité...)

Link to comment
Share on other sites

"Allez viens, j'temmène faire un tour...Cette caisse nous mènera pas bien loin, mais autant l'utiliser..."

[Ksam et Smartiz] Vous vous etes enfin rencontré. Vous voila devant cette épave, pret à prendre le volant en main.

[Ksam]: Tu te penches pour fouiller le cadavre, tu récuperes:

Image IPB
5 pastilles de Buffout

Ksam commence à s'installer à la place du conducteur, tandis que Smartiz fait le tour pour rejoindre le siege du passager.

Une fois à l'interieur, Smartiz se retourne vers la banquette arriere et se penche vers le sac pour l'examiner:

[smartiz] "Wooow, devine ce que je viens de trouver ?"

En voila une découverte:

Image IPB
1500 $

Image IPB
Une montre en or

Image IPB
3 Repas

Image IPB
2 Cat Paw's

Image IPB
Un trophée

Image IPB
Le JEK de la ville.


Vous voyez à travers le pare-brise un groupe de 3 personnes qui s'approchent vers vous, dont une qui tiens une carabine à la main...Ksam a du surement attirer l'attention des ces personnes à cause du coup de feu.

Que fesait Jonathan avec des objets de valeur...? Etait-il donc recherché ?

Que faites-vous ?


(C'est ici que vous vous rejoigner)
Link to comment
Share on other sites

A peine les trois individus avaient-ils pénétrés dans le champs de vision de Smartiz que ce dernier s'était déjà enfoncé dans son siège, à tel point qu'il avait complètement disparu sous le tableau de bord. La panique se lisait dans ses yeux:"Wow wow wow!!! C'est quoi ce bordel putain! D'abord un bonhomme avec la moitié du crâne en moins qui bouffe les cailloux à tes pieds, un JEK qui traine comme ça sur la banquette arrière d'une épave, et maintenant trois mecs bizarres et armés juqu'aux dents qui s'pointent dans notre directions... PUTAIN MAIS C'EST QUOI CE BORDEL?! Va vraiment falloir que tu m'explique un peu c'qui c'est passé là!!! Qu'est-ce qu'on va faire merde?? T'as vu son flingue! Putain c'est la merde là, c'est la merde!! Faut qu'on trouve une solution, putain de bordel de merde! Attend je réfléchis là! Faut que j'réfléchisse, putain, faut que j'réfléchisse, faut que..."

Link to comment
Share on other sites

Ksam s'installa au volant de la guimbarde, et attendit que Smartiz s'installe a son tour. A peine assis, Smartiz sauta presque sur ce qu'il avait vu sur la banquette arrière..."Wooow, devine ce que je viens de trouver ?"Mais Ksam avait le regard déja occupé. Trois hommes sortis de nulle part, dont celui du milieu qui portait une carabine. Ses pieds se dirigèrent vers les pédales, sa main droite sur le levier de vitesse. Sa main gauche était resté sur le volant.Ksam ne parut pas étonné, contrairement à la réaction de Smartiz. Il entendait ce dernier paniquer, mais n'y prétais qu'une petite attention..."[...]...Faut que j'réfléchisse, faut que j'réfléchisse, faut que..."La capacité à se concentrer et à réfléchir, même dans les circonstances les plus embarassantes, Ksam la possédait. Il y excellait même.Pendant la scène de son ami, il renonça à son premier réflex. Il se redressa dans son fauteuil, toujours à l'aise, prit son fusil dans sa main droite, et sortit calmement sous les yeux décontenancés du paniqué. Ce dernier fut stoppé net dans son monolgue dramatique.Ksam se dirigea sereinement en direction des trois hommes, prêt à agir si la situation le necessitait...

Link to comment
Share on other sites

Lorsqu'il vit son ami se redresser et saisir son arme, Smartiz en eut momentanément le souffle coupé."J'suis vraiment une tapette, se dit-il en lui-même. Faut qu'j'arrête de baliser pour rien."Il était impressionnant de voir à quel point l'éternelle sérénité de Ksam pouvait le rassurer : en quelques secondes, il avait reprit ses esprits et compris les intentions de son imperturbable compagnon. Ces deux là ne formaient pas une équipe pour rien."OK, on va la jouer cool alors."Risquant un coup d'oeil furtif par le part-brise, il évalua rapidement la situation : Ksam, son calibre ancestral à la main, s'avançait tranquillement vers les trois types, qui n'avaient apparement pas noté la présence d'un deuxième homme dans la bagnole. Ils prétaient en effet toute leur attention à l'athlète enfouraillé qui se dirigeait vers eux. La réaction de Smartiz fut alors immédiate : il attrapa la crosse de son propre fusil, puis, en un seul et même mouvement à la fois preste et discret, glissa de son siège par la portière qu'il avait laissée entre-ouverte, et roula sous le tas de féraille vrombissant."Pour une fois, j'suis bien content de pas être un colosse" murmura-t-il, sentant dans son dos la chaleur de la carosserie.Depuis sa nouvelle planque, il réexamina la situation. Les trois hommes ne semblaient toujours pas l'avoir remarqué."Bon, j'te couvre maintenant... à toi d'jouer mon vieux! On va voir c'que ces mecs nous veulent..."Il chargea son arme avec plus de nervosité qu'il ne l'aurait souhaité, puis la braqua en direction de l'homme à la carabine, prêt à faire feu au moindre signe d'agressivité...

Link to comment
Share on other sites

[smartiz] Tu as l'arme braqué sur le type à la carabine, pret à défendre Ksam si une menace se ferait ressentir.

[Ksam] Tu continus à t'approcher tranquillement vers ce groupe de personnes. La personne qui tiens la carabine en main, est vetu d'une veste en jean avec de la laine au extérmité des manches et aux ouverture de la veste, et il porte une étoile comme insigne.
Il s'approche vers toi d'un pas déterminé, fait signe à ses collegues de ne plus avancer, et leurs dit de surveiller les alantours pour guetter le moindre danger. Les 2 autres semble pour l'instant ignorer la présence de Smartiz.

L'homme à la carabine, face à toi, t'examines attentivement, regarde le sol, puis te fixe du regard en tenant son arme à la main droite, le canon pointé au sol.

"Je m'appele Janson, je suis le chef de brigade de la ville, on a entendu comme un coup de feu. (Il n'a pas encore remarqué le cadavre de Jonathan). Nous recherchons un type, une sorte de mécanicien, l'avez-vous vu ?
Il s'appelle Jonathan, en quelques descriptions, c'est un homme assez agité, d'une taille moyenne, habillé en bleu et il se ballade avec un sac à dos..."

Heureusement pour toi, Janson ne s'est apercu de rien, le cadavre est caché à l'arrière de la voiture. Janson, te balaye encore du regard, puis jette un profond regard vers la voiture qui est entrain de ronronner bryamment.
Les deux gardes, pendant ce temps, ignorent toute hostilité apparente.

Janson: "Et cette voiture en marche, on le doit à qui ?"


Illustration de la scene:

Image IPB

Link to comment
Share on other sites

[hrP : Sympa l'image :wink: ]En s'avançant vers ce groupe, Ksam avait aperçu cette insigne en forme d'étoile..."Déjà...une 'police'..." se dit-il. Un sourire imperceptible s'esquissa sur ses lèvres.Par le passé, bien avant l'attaque nucléaire, Ksam avait eu plusieurs fois affaire à eux...Ils n'étaient que des incapables pour lui,vils et sans manières... Jamais il ne s'était fait attraper, bien qu'il eut été impliqué dans de nombreuses affaires...plus ou moins louches...Mais ce Janson lui parraissait différent de ceux qu'il avait pu rencontré...plus intéressant.Janson et Ksam était l'un en face de l'autre. Lorsque le chef de la brigade de la ville eut finit, Ksam se décala d'un pas vers la gauche, tête baissée.Il l'avait su, dès son premier échange avec le "junkie mécanicien", qu'il n'était pas quelqu'un de clair, ni de fiable. Il n'aurait pas pu se servir de ce dernier trop longtemps sans que quelque chose de louche ne se passe. C'est pourquoi il ne fut guère surpris de l'arrivée de cette police de quartier. Tout ce qu'il a fait ensuite, il l'avait calculé depuis ce premier moment.Ksam releva la tête et fixa le regard de Janson. Un frisson parcourut l'échine du policier. Ses yeux étaient beaux, grands et lumineux, et pourtant on ne sentait rien derrière, rien qu'un gouffre sans fond.Janson en avait vu des durs, surtout depuis son retour à la surface. Mais lui, c'était une autre catégorie. Indéfinissable. "Reprend-toi mon vieux, reprend toi." Il essaya de cacher son mal-être de l'instant... Ca ne faisait qu'à peine 5 secondes qu'ils se dévisageaient.L'athlète n'avait pas froid aux yeux, et aimait, certaine fois, suprendre et choquer. Ce côté obscure et diabolique en lui, certainement. Un côté méconnu, du fait qu'il était aussi muet qu'une carpe. D'ailleurs à la suite de ce qu'il souffla à Janson, il vit le visage de ce brave homme palir. Il se vit sourire mais se retint, conservant son regard posé sur les yeux de Janson. Il lui avait chuchoté, de sorte que les gardes ne purent entendre :"Hmmm...Jonathan vous dites...oui en effet, je l'ai aperçu..." Ses yeux froid étaient devenus glacials. "Il git le crâne éclaté derrière cette voiture"

Link to comment
Share on other sites

Tapis dans l'ombre, Smartiz avait écouté avec attention la conversation entre les deux hommes."Je m'appele Janson, je suis le chef de brigade de la ville (...)" avait dit l'homme à la carabine.Cela n'avait pas du tout plu au petit blondinet, qui apparement ne portait pas les forces de l'ordre dans son coeur (logique, pour un voyou...) :"Merde, des flics. Manquait plus que ça."Puis Ksam avait murmuré quelque chose à l'oreille du "chef de la brigade" ; quelque chose qui, à en juger par la lividité soudaine de son visage, n'avait pas du tout plu à Janson."Ooooh putain le con!" s'était exclamé intérieurement Smartiz. "Mais à quoi il pense bordel! Je sais pas c'que tu lui a dit, mon vieux, mais là ça craint..."La tension entre les 2 costauds qui se fesaient face était devenue palpable."Embrouiller des kondé, c'est toujours dangereux, mais quand on cache un maccabé derrière sa caisse et un p'tit jackpot d'origine douteuse sur sa plage arrière, ça d'vient carément téméraire... Et pas moyens qu'on lache le JEK! Ca représente trop d'pouvoir... D'un autre côté, si on pouvait se mettre les flics dans la poche... Aaaaah fait chier!"La tension dans le crâne de Smartiz était également à son comble. Il avait cependant remarqué le pas latéral qu'avait effectué Ksam, lui offrant ainsi un champs de vision complètement dégagé : à cette distance, il lui serait difficile de rater sa cible si jamais il devait en venir à de telles extrémités."J'espère que tout ça va pas finir en bain de sang..."Une goutte de sueur coula le long de sa joue. Le doigt bien posé sur la gachette de son arme, tous ses sens plus que jamais en alerte, il était prêt, au moindre battement de cil un peu trop brusque de la part du policier, à défourailler pour sauver sa peau, et celle de son compère par la même occasion...

Link to comment
Share on other sites

Guest
This topic is now closed to further replies.
×
×
  • Create New...