Jump to content
×
×
  • Create New...

Virginie

Citoyen
  • Content Count

    21
  • Joined

  • Last visited

  • Capsules

    100 [ Donate ]

About Virginie

  • Rank
    Perdu(e) dans le Wasteland
  1. J'approche ma main de la sacoche mais ma main reste comme paralysée. J'ai la désagréable sensation de ne plus pouvoir me mouvoir et plus fort, de ne plus être maîtresse de mon destin. Un mal de crâne immense me prend. Je m'écroule, je me recroqueville, je me tiens la tête entre mes deux mains. Puis j'entend un sifflement sourd, violant. Je me bouche les oreilles, mais l'intensité du bruit ne diminue pas. "Arrêtez !!!" Je hurle... Des larmes coulent... Le son s'arrête. Mais pas le mal de crâne. Je le ressens tout de même comme un soulagement. Puis viennent les voies. Mais d'où viennent-el
  2. Je sens la cannelle...Je réalise soudain que je viens de faire un rêve éveillé ! Alors que j'étais là, devant ce cadavre, J'ai déconnecté pendant quelques secondes et j'ai fais une rêve sans dormir.Pourtant j'ai l'impression que le temps s'est suspendu. C'est comme si un mois s'était écoulé ! C'est comme si mes companions de l'abris étaient aussi partis à l'aventure, qu'il leur était arrivé plein d'aventures alors que moi j'étais là, immobile, à contempler ce cadavre...Bon sang, ce rêve me paraît si loin et si proche à la fois... C'est la deuxième fois que je fais un rêve étrange dans le déser
  3. A la vue de ce cadavre, je frissonne. Par une macabre curiosité, je touche un de ses os blanchi au soleil. J'entend un craquement et retire ma main aussitôt.Qui était-ce ? Comment est-il mort ? Je n'ai aucune réponse à ces questions... J'essaye tout-de-même d'analyser ce corps de plus prêt. Quels sont ses habits qu'il porte ? A-t-il une trace de blessure ? Des os brisés, ou autre... Quel est sa posture ? Est-il couché sur le dos, sur le ventre ? Est-il recroquevillé, comme s'il avait beaucoup souffert avant de succomber ? Dans quel direction est-il tourné ? Fuyait-il la ville, si proche, ou la
  4. C'est étrange... Une victime de la guerre aurait du être dévorée depuis longtemps ! Soit c'est un cadavre "récent", ou une personne endormie... Dans les deux cas, cette personne aurait survécue à la guerre ?!? étrange...Ou alors ? Non... Je n'ose même pas imaginer ce que donnerait la mutation d'un humain comme le rat-cochon que j'ai vue hier ! Qu'est-ce que me réserve encore cette terre devastée ? Je pense encore à mon rêve... La mutation... Elle est nécessaire pour la sauvegarde de l'espèce... Non, n'y pensons plus ! Ce n'est qu'un mauvais rêve...Je m'approche gentiment de ce corps inanimé.
  5. "Ah, j'aimerais bien être au bord d'une route à fort trafique... Certainement qu'un gentlman s'arrêterais pour m'aider !"Bref, je ne suis pas au bord d'une route à fort trafique, mais seule dans le désert... Quelquechose cloche grave avec ce moteur ! Je m'arrête, je coupe le moteur et je regarde encore une fois dans le capot de la machine. Le régulateurs est bouillant ! Il émet une lueure rouge. ça doit être ça le problème. Je viens de recharger les cellules. ça ne peut pas être ça le problème ! A moins que la pompe avait un problème elle-même... Bah, je ne peux pas continuer avec cette bécane
  6. Finalement, voyagé en voiture n'est pas aussi trépidant que ça... Bon, c'est quand même moins fatiguant ! Mais le comportement de cette voiture est louche. Je m'arrête, quelque part, dans le désert. Je sors de la voiture pour inspecter le moteur. Je n'y connais pas grand chose en mécanique automobile, mais ça ne peut pas être si compliqué que ça !Dehors, il fait noir et froid... J'entend le vent sifflé dans mes oreilles. Il semble me murmurer des mots, tantôt doux, tantôt inquiétant. "WiiiiIIIIiiiiiIIIIiiiiisssssshhh..." Comme une douce berceuse, il me rappelle que je suis fatiguée... Très fa
  7. Mon coeur frémit au bourdonnement silencieux du moteur ! Il faut que je fasse le plein... Je coupe le moteur et me dirige vers les pompes à essence avoisinates. Il y a quatre pompes. Sur l'une, il y a marqué "essence de colza transgénique". Elle a une espèce de long tuyau souple à la peinture efritée qui se termine par un tube métallique coudé avec une poignée. Sur la suivante, "H2", le tuyau est plus large et se termine par un simple anneau métallique. Sur la troisième, il n'y a rien d'écrit. Une simple fleur à 3 pétales orne un tuyau moins souple qui se termine par de grosses tuyaux. Sur la
  8. Quelle monstruosité !Non, je ne peux pas dormir là... Autrefois, les rats étaient vecteurs de maladies. Mais là, en plus, je ne sais pas ce que un gros rat comme ça ferait de moi ! C'est que ça doit manger, une telle bestiole...Je vais m'occuper de la voiture. Sans trop y croire, je prend les clés et me dirige vers la voiture. Il faut que je la fasse démarrer. Il faut que je vérifie le niveau d'essence et que je fasse le plein si nécessaire. Il faut que je parte loin d'ici. Je me reposerai plus tard, dans la voiture...Je reste sur mes gardes. Où est passé le rat ? Je me dirige vers la sortie,
  9. "Mais qu'est-ce que c'est que ces grattements ?"ça y est... Mon coeur s'emballe à nouveau. Moi qui avait le sommeil et un lit, me voilà de nouveau complètement éveillée ! Je dégluttis. Je prends mon fusil et je vérifie qu'il est bien chargé. Je ne veux pourtant pas m'en servir ! Je reste aussi silencieuse que possible et je cherche d'où viennent ces grattements."Grat, grat, grat"Je colle mon oreille contre le sol. Je m'aventure près d'une fenêtre. Je m'approche de la porte de la pièce. Je ne parviens pas à distinguer d'où vient ce bruit ! Il semble venir de partout et de nul part."Grat, grat,
  10. "Calme-toi, Virginie, calme-toi..." Voilà, ça va mieux...Je me met à explorer la pièce. J'espère y trouver quelquechose d'utile. Une carte, par exemple, tiens ! Ou les clés de la voiture, dehors... On peut rêver après tout !Les quelques meubles à l'intérieur de cette bicoque sont dans le même état que la maison : prêts à s'éfondrer. Je n'y vois pas très clair. Il fait nuit noir dehors et c'est le clair de lune filtré par les fenêtres sales qui me dirige. Une lampe de poche ? ça aussi ça aurait pu être utile... Pourquoi on ne m'en a pas donné à l'abris ? Je n'en sais rien... Peut-être que je va
  11. Evidement, pendant un instant, je me dis "Chouette, une voiture !". Mais comment pourrait-elle fonctionner après tout ce temps ? Et après toutes ces bombes...Mon estomac se noue. D'instinct, je prend mon fusil. "Calme-toi, Virginie, calme-toi..." J'inspire un bon coup et expire par la bouche. Je garde mon fusil à portée de main et m'approche discrètement de la maison. Je ne sais pas pourquoi je me fais si discrète, après tout, il ne peut pas y avoir de survivants à la guerre ! Peu importe, je m'approche de la maison à pas de loup, dans un angle mort par rapport aux fenêtres.Je passe près de la
  12. Pas de problèmes ! Je comprend bien... Le site est (re-)naissant et vous avez d'autres chats à fouetter ! C'était juste un clin d'oeil pour pas qu'on ne m'oublie et parceque je frémis d'impatience à ce jeu !
  13. Etant donné que personne ne continue mon histoire, je la continue toute seule... Je sangle mon sac à dos, je porte mon fusil en bandouillère dans le dos. Et je me dirige vers l'Est. Houston est en décombre. Il y a des débris partout. La dernière fois que j'ai vu des images comme ça, c'était pendant mes cours d'histoire, en parlant de la seconde guerre mondiale. Mon dieu, mais qu'est-ce que ces gens ont du vivre... Dans un sens c'est rassurant. A une telle destruction, certainement que rien n'a survécu... En sortant de Houston, je jette un dernier coup d'oeil en arrière. Un dernier petit
  14. "Mais dans quelle aventure me suis-je embarquée ? Où aller ? Que faire ?"Bien sûr, je pourrais rester avec les autres Habitants de l'Abris à recréer une terre fertile pour y vivre. Il s'agirait aussi d'une forme d'aventure en fait. Mais j'ai préferé prétexter au Dirigeant la nécessité d'explorer un peu les alentours. En réalité, j'en avais assez de voir toujours les même têtes, les mêmes moutons dévoués qui n'attendent que les instructions du berger ou... de se faire manger par un loup...En parlant de loup... Le Dirigeant aurait peut-être mieux fait d'envoyer quelqu'un de plus costaud que moi