• Impact Winter

       (0 avis)
    Hekan

    header.jpg

    Bandai Namco édite le jeu de Mojos Bone, un petit studio de développement. Impact Winter sort de cette alliance comme un bébé un peu difforme : le fond est bon, l’aspect un peu moins…

    Vous prenez le contrôle d’un petit groupe de survivants grâce à votre avatar nommé Jacob. La terre est plongée dans une ère glaciaire suite à une collision avec un astéroïde. Le groupe composé de 5 personnes, Jacob inclus, est très hétéroclite : Blane, l’ex-flic à la retraite vous formera à la survie, Maggie, la fille mécano, Wendy, vétérinaire et cuisinière, et enfin Christophe, le geekos de la bande. Les survivants se sont réfugiés dans une église. Une chance dans leur malheur, l’informaticien a récupéré un petit robot nommé « Ako-Light ».  (Hé les gars, une église, Jacob, un robot lumière… Va falloir arrêter de fumer le cierge…).

     

     

     

    Lors du préambule, le robot se réveille et capte un étrange message qui active un compteur de temps : 30 jours avant le sauvetage. Il vous faudra tenir jusque-là, mais c’est sans compter que vous devrez réduire le temps de sauvetage en gagnant de l’expérience… Tout le gameplay et l’intérêt du jeu en découlent.


    Technique : 8/20

    On commence avec le GROS GROS GROS point noir du titre de Mojos Bones. La technique est à-la-rue.

    Autant l’optimisation n’est pas à plaindre et le titre possède un aspect plutôt soigné.

    Autant l’ergonomie est affreusement pitoyable. Au clavier, les contrôles ne sont pas intuitifs, voire complètement à côté de la plaque. Il faut aussi prendre en compte que l’interface est clairement pensée pour les consoles. Si vous possédez une manette Xbox, ce sentiment d’impuissance face à cette abomination sera fortement diminué (mais restera présent).

     

    Je ne détaillerai pas tout, mais le jeu est optimisé pour manette. Je vous conseillerai de ne pas tenter l’aventure sans cet accessoire sous peine de dépression aigüe, instantanée, fulgurante et destructrice. Un exemple particulièrement parlant quand on parle d’optimisation manette est l’interface et les menus du jeu… Vous vous rendrez compte par vous-même que malgré l’habitude, vous continuerez de détester vous rendre dans ces menus, sous menus et sous-sous menus.

     

    Je n’ai pas réussi à mettre mon jeu en plein écran avec la bonne résolution. Le jeu n’en fait qu’à sa tête et les changements de résolution ou de mode d’affichage ne sont tout simplement pas pris en compte. Ce que même Fallout premier du nom peut faire maintenant.

     

    En mettant ces points techniques de côté, le jeu sans être magnifique est plutôt bien foutu, je n’ai pas eu à souffrir de ralentissement ni de bug (à part ceux de la résolution et du plein écran) ; donc pas de crash et plutôt fluide, sans pour autant être moche et désuet.

    Des patches de corrections sortent régulièrement, les développeurs semblent s’occuper de leur jeu et le ressenti des joueurs.

     

    SunnyInn_1480410988_1494924969.jpg

    C'est pas si moche :)


    Gameplay : 16/20

    Malgré ces points noirs, le jeu est plutôt prometteur. Dans la veine de Dead State ou de This War of Mine, vous devrez veiller sur votre groupe et votre foyer temporaire, sous peine de mort subite de vos compagnons ou de vous-même.

     

    Vos parties seront occupées, dans un premier temps, à comprendre comment fonctionne le jeu, les mécaniques qui en découlent, etc.

     

    Toujours dans le même tempo que les prédécesseurs du genre, Impact Winter intègre un système de craft plutôt malin en impliquant directement vos compagnons. Je m’explique : le groupe est composé de 5 personnes. Chaque membre possède ses propres compétences qu’ils mettront à votre service pour le bien commun dans la demeure du Seigneur. Ceci est réparti comme suit : Blane, ancien flic, sera là pour vous conseiller sur votre statut d’explorateur, il vous formera à la chasse et à la débrouille dans l’hiver glacial du Grand Dehors [Cmouakiléinventé_tkt]. Il pourra crafter des armes, par exemple. Wendy vous préparera de bons petits plats de grand-mère. Maggie vous sera d’une grande aide pour améliorer cet endroit austère qu’est l’église (lits, chaudière, etc.). Et enfin, Christophe vous soutiendra dans l’amélioration du petit robot salvateur.

     

    Eh oui, Ako-Light, que je surnommerai Ako -- ou Light ou A.L. ou Ako Light ou « le robot » -- sera le moyen de vous en sortir. Le compteur désigne en fait le temps nécessaire pour que l’émetteur du message vous localise et vienne vous cherchez. Christophe précise qu’Ako possède une intelligence artificielle qui apprend au fur et à mesure de sa vie. [koment T tro d’akualité fraté]. L’expérience que vous accumulerez lors de votre aventure, accompagné du petit appareil devenu votre meilleur poto, servira à améliorer cette intelligence. Donc, plus vous en faites, plus vous diminuez le temps de sauvetage.

     

     

    ImpactWinter 2017-07-16 13-55-12-10.jpg

    Aller courage, c'est bientôt fini !

     

     

    Les personnages de votre groupe vous donneront des quêtes à réaliser contre de l’expérience et des améliorations. Exemple : Blane vous indiquera comment installer un campement à l’extérieur pour passer une nuit « trankilos OKLM » dans le blizzard (pas ceux qui ont fait Warcraft, hein ?! ... T’es dégueu…). Si vous arrivez à faire ce qu’il dit, vous gagnez des points d’expérience et bam, -5h sur le compteur. Quand-même pas compliqué... En plus des points d’Xp, les quêtes amèneront des nouveautés au menu de craft de vos compagnons. Wendy, avec un livre de recettes, vous proposera plus de petits plats, Maggie proposera plus de choses pour le foyer, etc.

     

    La gestion du groupe est une chose. En plus d’apporter du confort et d'augmenter les capacités de vos compagnons, vous devrez gérer leurs statistiques de survie, à savoir : la faim, la soif, le moral, et l’énergie. Un système de ration est présent et vous demandera de revenir régulièrement pour vérifier si l’un ou l’autre arrive en fin de ration. Si vous partez trop longtemps, ils risquent de mourir de faim, tout simplement…

    Le système de moral est intéressant, si vous partez trop longtemps et que les stats de vos compagnons sont basses, ils risquent de se disputer et vous risquez la perte de l'un ou plusieurs d'entre eux. Et autant dire que perdre un de vos compagnons sonne le glas de votre aventure *rire diabolique*.

     

    L’exploration en est une autre [Tu l’as vu la transition, bataw]. En effet, l’exploration prend une part importante comme dans This War of Mine ou Dead State, pour ne citer qu’eux. C’est bien là la partie la plus intéressante à mon sens. Suivi de votre fidèle compagnon robotique, vous parcourrez les routes d’une petite bourgade, rentrerez dans des maisons, des garages, des stations-services. Le loot est archi-présent mais, et là est la subtilité, « Ne priade atum, priad priosterum ». Pour les ignares ne sachant pas lire le latin littéraire :
    « Ça sert à rien de prendre si pas t’en as pas besoin, boloss ». Je détaillerai l’exploration dans la prochaine partie : je trouve cette partie très plaisante, au contraire de Dead State avec ses combats de merde ou de This War of Mine avec ses endroits finalement très redondants (contondants ?).

     

     

    Church_Interior_1480410986_1494924972.jpg

    OKLM avec mes potos auprès du feu !


    Originalité : 15/20

    Je trouve que le titre mérite d’être essayé juste pour ce qui suit. Ce fut une réelle bonne surprise d’avoir un terrain de jeu très bien réalisé. On sent la difficulté qu’a le personnage à se mouvoir dans la neige. La carte est plutôt bien foutue, vous devrez vous contenter d’un vieux prospectus de la ville et du radar à courte portée de votre acolyte mécanique.

     

     

    ImpactWinter 2017-07-16 14-00-31-42.jpg

    La carte du bonheur

     

     

    Le fait que vous ayez un terrain ouvert où l’exploration est synonyme de liberté est un point fort du titre. Si l’envie vous prend, lors de vos explorations, vous trouverez une maison ensevelie avec un toit éventré. Descendez donc voir ce que vous réserve cet endroit plein de surprise...

     

    Vous ne serez pas cantonné à des cartes se ressemblant toutes, sans saveur. Autre point fort, les butins sont remarquablement bien distribués. Par exemple, vous ne trouverez pas de livre de cuisine dans une armoire se situant dans une chambre. Mais vous trouverez une résistance électrique dans un vieux four. Les loots ne sont qu'en partie aléatoires, chaque contenant possède son type d’objets. Le type d’objet est donc lié à son contenant, mais si vous lancez plusieurs parties, vous aurez des butins différents. Exemple : meuble de cuisine = tous types d'ustensiles ; armoire de chambre = linges, vêtements. Ce qui rend l’expérience beaucoup plus plausible d’un point de vue réaliste.

     

    ImpactWinter 2017-07-16 13-59-20-91.jpg

    Le radar de l'envie

     

    De manière générale, le titre propose un contenu assez impressionnant. Les pièces craftables sont légions, les butins sont variés, les options liées à la gestion sont assez importantes. En effet, le titre permet d’assigner des « rôles » à nos personnages. Ces options peuvent se rapprocher des « traits » du système GURPS utilisé dans Fallout, par exemple. Ces caractères assignent donc un bonus et un malus en même temps ; il s’agira de faire des choix judicieux pour trouver une harmonie entre les caractères. Par exemple, le rôle Bricoleur Rapide permet au personnage de crafter plus rapidement mais les chances de blessures sont plus importantes.

     

    Une bonne idée des développeurs a été de prévoir des lieux qui vous serviront à baisser le temps de chrono, en échange d’une pièce trouvable ici ou là. Avec en prime une petite interaction avec le monde extérieur. Exemple : remettre le courant dans une sous-station électrique rallumera l’enseigne et les lumières avoisinantes. Sympathique donc !


    Post-apo : 17/20

    Globalement, l’ambiance est très bien reproduite, on sent que le désespoir est proche chez certains membres de l’équipe. Les butins sont cachés dans des endroits cohérents. L’univers est donc vraisemblable et c'est appréciable.

    Les environnements sont cohérents et plausibles. La destruction est bien réalisée. Vous prendrez plaisir à parcourir cet univers glacial.

     

    La bande-son n’est pas remarquable. Côté bruitages, le bruit du vent et de la neige sont plutôt bien retranscrits et s’inscrivent relativement bien dans l’ensemble, sans pour autant ajouter une nouvelle dimension. La palette de couleurs très ternes à l’extérieur contraste assez bien avec l’intérieur de l’église plutôt chaleureux. La direction artistique est assez bonne.

     

    ImpactWinter 2017-07-16 13-58-37-54.jpg

    Que la lumière soit !


    Note du testeur : 13/20

    Mais voilà, bien qu’étant sur le fond très bon et intéressant, le jeu est gâché par une réalisation technique totalement à la ramasse et cela malgré les patches réguliers…

    Personnellement, le genre ne m’attirait plus forcément, après les déceptions provoquées par un sentiment de lassitude dans This War of Mine ou Dead State. Impact Winter sera un bon titre pour les personnes étant adeptes de ce genre particulier, entre gestion de survie et exploration… Mais pour ça, il faudra que le jeu s’enrichisse de patches correctifs conséquents, permettant de retrouver une sensation de jeu agréable et fluide, que ce soit à la manette, mais encore plus au clavier.

     

    Cela n’empêchera pas les menus à rallonge dont on se lasse toujours, et ce manque général de soin apporté à l’interface joueur/jeu.

     


    Conclusion :

    Impact Winter propose un contenu intéressant dans un contenant très critiquable. Le jeu s’adresse aux adeptes du genre ou aux néophytes en manque de neige. Je recommanderai donc le jeu aux personnes ne se lassant pas rapidement d’un jeu, ou ayant la patience d'explorer un jeu prometteur, mais auquel une réalisation de bonne facture fait défaut.

     
    Les plus
    • Un contenu important
    • De très bonnes idées
    • Jeu équilibré gestion/exploration
    Les moins
    • Des soucis techniques exaspérants (ergonomie)
    • Lassant
    • Décevant au final

      Signaler Test

    Retour utilisateur

    Il n’y a aucun avis à afficher.