Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content since 04/27/17 in all areas

  1. 3 likes
    Eldrak

    Krai Mira Extended Cut

    Salut les survivants, Il est un jeu dont nous n'avons que peu parlé, malgré son potentiel, à part ici et là. Ce jeu c'est Krai Mira, un rpg à la Fallout développé par un petit studio venu de l'est, TallTech Studio. Et nous avons aujourd'hui une bonne occasion de combler ce vide, grâce à une vaste mise à jour et à l'arrivée de la langue française. Le développement de Krai Mira a commencé il y a une dizaine d'années - des traces remontant à 2006 sur le forum de la communauté anglophone en témoignent. Depuis, après une campagne de financement participatif passée quasi inaperçue sur Indiegogo, Krai Mira s'est fait connaître via une campagne réussie sur Kickstarter. Lesté de quelques ambitions, Krai Mira est sorti en été 2016. A nouveau, l'indifférence (ou la méfiance) le frappe. En cet été 2016, le marché du jeu indé est déjà saturé, et le budget "communication" du studio semble réduit ou inexistant. Mais son créateur y croit et continue d'améliorer son oeuvre, notamment en y implantant le contenu abandonné plus tôt. C'est ainsi que TallTech Studio a sorti une version "Extended Cut" de Krai Mira, le 4 avril 2017. En plus d'apporter son lot de nouveautés, cette "Extended Cut" ajoute le support officiel du français (interface et sous-titres). Puisque les développeurs présentent leur jeu comme "inspiré de Fallout" et le n'hésitent pas à le comparer à ce que " Fallout 3 : Van Buren" aurait pu être, le moment est venu de faire notre devoir en y regardant de plus près. A noter que le studio n'a pas profité de cette sortie pour remettre les compteurs à zéro en ce qui concerne les évaluations Steam, alors que le jeu est noté depuis l'early access. C'est tout à son honneur. Krai Mira "Extended Cut" est donc disponible sur Steam pour 12 euros. Petite présentation Trailer de lancement en 2016 Prologue : Sinon, on sait que le jeu se déroule 2061, en Crimée (Krai Mira) et l'île (tout du moins) a été frappée par une ogive nucléaire. Enquêter et trouver les coupable semble un bon début de quête... On sent l'inspiration venant de Fallout 1 et 2 dans la direction artistique. Il y a plusieurs fins disponibles. La musique fait le job et devient un peu "rock" en combat. Un gentil toutou pourra vous aider dans votre aventure... La version Extended Cut Voici une liste exhaustive des nouveautés : Avec tout ça, le studio promet plus de 40 heures de jeu. Le nouveau trailer : Cette vidéo ne montrant pas grand chose, voici quelques images pour satisfaire notre curiosité : Loterie et retours des lecteurs Si vous avez lu jusqu'ici, peut-être que Krai Mira vous évoque quelque chose qui fleure bon le printemps. Et ça tombe bien, puisque vous pouvez tenter de gagner l'une des 3 clés que nous mettons en jeu ! Pour ce faire, rien de plus simple, indiquez que vous voulez participer à la loterie dans votre commentaire (sur le site, là, au bas de la news). Les 3 gagnants seront désignés par tirage au sort et avertis par message privé (donc : si ce n'est déjà fait, il faut s'inscrire ici). Alors bonne chance ! Sachez également que nous serions très intéressés par vos retours à propos du jeu. Que vous gagniez un clé ou que vous y ayez déjà joué, n'hésitez-pas à revenir pour nous en faire une petite critique sur le forum ! Le concours est maintenant terminé. Les trois gagnants sont : Flutterbob, Meytal_EDEN, et Koulalis, bravo à eux ! Nouvelle écrite par Dr Gast.
  2. 2 likes
    Nouvelle série dans la suite de ce que j'avais fais plus haut ! https://kyope.fr/portfolio/serie-noire-and-light-republique/ Le reste est sur mon site www.kyope.fr
  3. 2 likes
    Nouvelle série sur mon site tout remastérisé, dont voici un petit extrais : https://kyope.fr/portfolio/serie-boulo-metro-dodo/
  4. 1 like
    Salut tout le monde! Alex, 28 ans, habitant les futures terres dévastées de Lyon, passionné de post-apo et joueur addict de Fallout (sur ps4 malheureusement... je savais pas...). Achat d'un pc gamer prévu très prochainement d'ailleurs, pour enfin arrêter d'être limité par la politique imposée par Sony et ses 300 mods quand sur pc tu peux en trouver 10 fois plus.. Malgré le peu de possibilités offertes par la ps4, j'ai quand même réussi à me faire un joli petit RP (j'y reviendrais dans la section appropriée). Passionné de jeu post-apo, certes, mais en solo uniquement! Mes préférences (hormis Fallout): . Dead Island / Dead Island Riptide . The Last of Us . Metro / Metro Redux Sur Fallout 4: 1ère partie / Institut / Survie / no mod / 300h (terminée) 2ème partie / CdA / Très diff. / avec mod / 100h (en cours) Films: La Route / Le Livre d'Eli / Je suis une Légende / 28 jours & 28 semaines plus tard / Doomsday / After Earth Séries: Walking Dead (évidemment) / Jericho Au plaisir de vous lire!
  5. 1 like
    "Fallout-Like", késako ? La licence Fallout est incontestablement une référence dans l'univers du jeu vidéo post-apocalyptique. Fallout 1 et 2 quant à eux, avec leurs combats au tour par tour et leur vue isométrique, sont devenus la référence d'un certain type de jeu de rôle (post-apo ou non, mais nous allons parler de post-apo !). Beaucoup ont imité ce fameux genre, avec plus ou moins de succès. C'est en Europe de l'est, et encore plus en Russie, que les fans de Fallout semblent les plus acharnés. C'est en effet eux qui ont sorti les plus gros mods issus de ces jeux (parmi lesquels Fallout 1.5 : Resurrection (déjà traduit en anglais), ainsi que "Fallout of Nevada" et "Olympus 2207", qui sont en cours de traduction)... Et puis il y a peu, nous vous parlions de Krai Mira, un jeu fortement inspiré de Fallout et édité en Pologne. Le studio : AtomTeam Le studio AtomTeam a de l'ambition. Il souhaite développer un jeu qui soit à la fois un hommage à Fallout et inédit. L'équipe est internationale, composée de Lettons, d'Ukrainiens, de Polonais et de Russes. Au passage, ces jours-ci, c'est plutôt sympa de voir des Russes et des Ukrainiens s'entendre pour un projet commun... Certains des développeurs se connaissent de longue date, ayant commencé le projet sur leur temps libre en 2008. Le projet est mis de côté en 2010, mais aura poussé les développeurs à travailler dans le monde du jeu vidéo. Ils recommencent à travailler sur Atom Rpg en 2015, enrichis de leur expérience sur des jeux comme World of Tanks et World of Warplanes. Aujourd'hui, ils reviennent pour ce premier projet officiel en commun. Le jeu : Atom RPG ATOM RPG est un jeu en vue iso avec des combats au tour par tour, à la Fallout. (Oui, un Fallout-like, bravo à toi, au fond.) Je vous l'avais brièvement présenté, ici. Tout comme InSomnia dont nous avions parlé (et qui semble plein de promesses), il utilisera le système GURPS. C'est le système de statistiques dont le SPECIAL de Fallout est inspiré. Pour rappel, la compagnie possédant les droits du GURPS avait retiré les droits à Fallout, jugeant le jeu trop violent. Et Interplay improvisa pour donner naissance au SPECIAL. Bref, ce sera un système proche, avec des stats qui influenceront vos compétences... Plus d'informations croustillantes sur le jeu ci-dessous. Oh, du texte flottant ! Voici l'intrigue officielle : Et voici le Trailer : Le Kickstarter : Après un petit détour par Steam Greenlight, la campagne Kickstarter a été lancée le 18 avril pour une durée de 45 jours. Elle durera donc jusqu'au 2 juin. Prudemment, AtomTeam ne demande que 15'000$ comme objectif de base. Ce que les développeurs disent à ce propos : " ATOM est un projet initié par passion. Il sera terminé, quoiqu'il arrive. Mais avec votre aide, nous serons en mesure de le faire plus rapidement, et d'ajouter plus de contenu intéressent au jeu final. " Dans sa version de base (sans compter les objectifs subsidiaires), le jeu promet déjà plus de 30 heures de jeu et plus de 100 lieux différents. Sympa l'éclairage, mais ça pique... la peau... Pas avares en informations, l'équipe de AtomTeam nous en dévoile plus sur sa vision et sur le monde de ATOM sous la forme d'un petit questionnaire. Votre serviteur s'est donc empressé de vous le traduire... ---> Tout cela est fort engageant, si vous voulez mon avis ! Ah, en effet, je ne comprend rien au texte... Les stretch goals (objectifs subsidiaires) sont : Le stretch goal à 30'000$ me semble donc indispensable pour obtenir une trame plus variée, une meilleure rejouabilité, ou simplement pour coller aux standards de Fallout. Cela fait beaucoup de lignes à ajouter et donne surtout la possibilité d'interagir de manière complètement différente selon le sexe. Il ne s'agit pas de juste changer "il" en "elle" dans le texte... Pour conclure... Les contributions disponibles sont variées et les récompenses pour les backers sont plutôt sympa. Pour les plus raisonnables, il y a par exemple la possibilité de créer le visage d'un PNJ d'après une photo de vous, de lui donner votre nom ou pseudo, ou encore d'écrire votre petite phrase sur un mur de l'environnement. La récompense ultime, pour une contribution de 1000$, n'est autre qu'un voyage de 2 jours tous frais payés (sauf voyage) en Ukraine, dans la région de Chernobyl, plus précisément à Pripyat... Et si vous ne tenez pas à vous y rendre tout seul, il faudra apparemment contribuer deux fois... Pour en apprendre un peu plus ou pour contribuer, rendez-vous sur la page de la campagne Kickstarter. Il vous reste 23 jours à compter d'aujourd'hui. Personnellement, j'espère que le stretch goal à 30'000$ sera atteint. Dans la cas contraire, il est fort probable que les développeurs amélioreront leur jeu par la suite, grâce aux bénéfices des ventes, voire qu'ils continuent de récolter de l'argent via PayPal après la campagne. En tout cas, je pense que ATOM mérite une chance ! Du français ? Pour l'heure, il n'est pas annoncé le support d'autres langues que l'anglais et le russe d'ici le jour de sa sortie. Peut-être dans un futur Stretch Goal... Cependant, les développeurs ont confirmé leur intention de traduire le jeu dans un maximum de langues à l'avenir. Une démo ! Peut-être que vous hésitez ? Et bien AtomTeam est gentil, puisque le studio nous propose déjà une démo (même pour Mac et Linux) ! Pour la télécharger, c'est par là. En anglais (et en russe) uniquement. Enfin, voici une poignée d'images pour la route : Article rédigé par Dr Gast EDIT : Atom RPG a atteint 18.162$ sur les 15.000$, bravo à eux ! Et place aux objectifs supplémentaires.
  6. 1 like
    Mon histoire ? Eh bien, je m’appelle Georgette, je vais sur mes 69 ans. Je suis originaire d’une petite ville de fermiers, dans le… raah et puis on s’en fout nan ?! La seule chose, nan, la seule personne importante pour moi à cette période de ma vie, c’est cet homme, c’est lui sur cette photo, tiens regarde. Ce type, mon gars, m’a appris à recoudre une plaie, à utiliser des poudres de soin, en résume il m’a appris tout ce qu’il savait de son ancien travail de médecin, pour moi il est devenu mon père adoptif car mes vrais parents sont… non ils ne sont pas morts crétin ! Ils sont justes trop occupés à se camer toute la journée pour pouvoir s’occuper de moi, je ne les considère pas comme mes parents. Donc ce type là à passer du temps avec moi, m’apprenant durant toute mon enfance à aider les autres, les soigner et les mettre en confiance pour « vivre dans un monde meilleur » qu’il disait ! Mais toutes les bonnes choses ont une fin hein ? Et un jour pluvieux, des types bizarres comme tu n’en as jamais vu se sont pointés et ont demandés à le voir, et vu la gueule qu’ils tiraient c’était pas pour soigner une cheville foulée mais un truc du genre « Ramène ton cul ! Ta vie s’arrête bientôt !», un peu comme dans ces vieux films d’avant-guerre qu’on peut voir sur holodisque, et le paternel lui il ne voulait pas les suivre. Je suis persuadée qu’il les connaissait et qu’il avait dû déserté ou une connerie du genre. A quoi j’ai vu ça ? Il me l’a dit ? Nan gamin, mais la peur qui se lisait sur son visage en disait long, je ne l’avais jamais vu comme ça, lui ce bonhomme qui venait de passer les quarante berges, toujours souriant et fier comme pas deux. Pourtant malgré la crainte inspirée par ces deux connards, il faisait face, droit comme un i et inflexible comme une barre à mine. Et là on arrive au moment triste de l’histoire, prépare toi petit. Un des types semblait être l’intellectuel et voulait régler ça à l’amiable, il avait une sorte de télécommande dans la main, l’autre quant à lui était un peu moins patient que son partenaire, et plus costaud. Ce début d’altercation avait d’ailleurs ramené du monde, ce qui le rendait vachement nerveux. C’est alors que le baraqué sort un flingue que je n’avais jamais vu avant, un bidule laser ou une connerie du genre et a tiré une balle sur papa, dans le mollet, pour éviter qu’il ne s’enfuie sans doute. Puis l’autre, surpris mais avec une froideur presque robotique a appuyé sur sa télécommande en disant à mon paternel « Tu n’aurais pas dû t’enfuir », ce après quoi un véhicule volant, ressemblant à une grosse carlingue s’est posé et ils ont embarqué avec eux la seule personne qui me tenait à cœur. J’ai tenté de courir vers eux, leur barrer la route, n’importe quoi ! Mais qu’est-ce qu’une petite fille peut faire dans ce genre de situation ? Depuis ce jour je me suis jure de le retr… Quoi ? La partie intéressante ? Mais ta gueule j’y viens pov’ plouc. Bref, après avoir passé ma majorité je me suis enrôlée dans une bande de mercenaires adeptes des radiations ; ils disaient vouloir atteindre Atome (oui avec un grand « A », bande de tares). C’étaient les seuls ayant besoin d’un médecin et aussi les seuls qui auraient pu m’aider car ils connaissaient bien la région. Durant ces vingt années de pillages et de radioactivité des millions de litres de sang furent verses inutilement, des familles massacrées pour un sac de légumes pourris et le plus drôle dans tout ça c’est que je ne combattais même pas ; je jouais le médecin de guerre. Et un jour pluvieux (tiens une coïncidence ?), j’ai retrouvé un des deux types dans un bar à pute, c’était le costaud a la gâchette facile, en fait je ne les cherchais pas vraiment, seulement des indices sur leur localisation mais le hasard fait bien les choses ; après lui avoir fait mon numéro du « je danse pour toi puis je te met une seringue infectée sous la gorge » il est devenu plus bavard que la première fois où je l’ai vue, et m’a parlé d’une base militaire dans le coin où des connards ont exécuté mon paternel… J’étais sous le choc, tellement sous le choc que la seringue lui a perce l’œil jusqu’au cerveau : mort. J’ai voulu partir de suite sur cette base et buter tous ces fils de putes un par un mais au fond de moi je savais que je n’étais pas une guerrière et que je me ferais tuer par leurs snipers avant d’être arrivée à cent mètre de leur nid a merdes. Après m’être tirée de ce bar, je me suis rendu compte de plusieurs choses ; je suis en train de changer physiquement et psychologiquement ; je sentais mon corps pourrir depuis plusieurs mois oui mais je m’en foutais de devenir une goule, et ma vie n’avait plus de sens, tout comme celle de tout le monde entier, qu’ils aillent tous crever autant qu’ils sont ! Je me doutais que je ne le retrouverais sans doute jamais, mais le fait d’apprendre sa mort… Je me rappel plus de ce que j’ai fait après être sortie de ce bar et je m’en fou royalement. Je me souviens juste que ça fait dix ans que je vis ici en tant que médecin. Depuis, je rigole de ma condition et je me saoule toute la journée ; j’ai que ça à foutre de ma chienne de vie et de toute manière dans ce monde de merde rien ni personne ne pense à autre chose qu’a lui, alors autant s’amuser tant que ça dure. Je pense à me tirer d’ici tu vois, histoire de voir un peu le monde, et d’observer s’il est si pourri que ça ! Donc si tu vois des voyageurs dis leur de passer chez « Georgette vous requinquette» ! Dis leur aussi que je suis svelte et de taille moyenne avec tout l'équipement qu'il faut pour partir en voyage; ouais je veux vraiment partir depuis un moment ! Tiens, d’ailleurs tu voulais savoir quoi déjà ? Ça fait quoi d’être une goule ? Ah merde alors, t’as du t'emmerder ! Bon être une goule ça peut aller, ce n’est pas si terrible que ça mais crois moi petit que lorsque tu te réveilles devant le miroir tous les matins avec cette gueule de déterrée avec des bouts de peau qui se décollent et bah tu te dis que tu ferais débander un Yao Guai en rut !
  7. 1 like
    Salut les goules puantes Kiki joue à KM ici ? Certains se sont lancés dans l'aventure ? J'ai commencé hier tout doucement, je crée donc le sujet pour échanger les avis. Pour l'instant ça commence pas trop mal, je dirais. Gameplay familier quand on a déjà joué aux cousins, même si l'interface peut rebuter (la carte, l'inventaire, fiche de personnage). Je suis niveau 3, j'ai surtout fait de la garde de caravane pour faire une reserve de nuts (sponso par l'écureuil de la caisse d'epargne ) mais je trouve dommage qu'on ne puisse pas vraiment gérer ses quêtes (juste un petit texte en bas de l'écran). En gros, mes points forts pour l'instant : L'ambiance, certains designs (lieux, vêtements), les rencontres aléatoires rejouables (pratique en cas de décès d'alliés ou de surnombre d'ennemis), le système de tour par tour (les ennemis et alliés agissent tous dans le même tour)... Points négatifs : Certains designs (lol), les lieux sont souvent beaucoup trop vides, la carte (elle reste fixe, il faut se déplacer pour voir ce qu'il y a en bas), la gestion des quêtes, la trad approximative (mais je préfère ça à du full english), le troc directement repris de fallout, impossibilité de voler ou d'échanger quoi que ce soit avec ses alliés... Voilà ce que je peux en dire pour l'instant.
  8. 1 like
    L'Institut et le RdR ne sont plus. En mon âme et conscience j'ai décidé de joindre mes forces à l'entité qui me semble être encore aujourd'hui, la plus à même de proposer un avenir décent au Commonwealth mais aussi au reste du monde. J'ai perdu ma femme. J'ai du tuer mon fils. En fait j'ai tué bon nombre de personnes. A la question que bien souvent on me pose "Pourquoi?", je réponds simplement qu'aucun d'entre eux n'était innocent. Alors que je sortais d'un néant glacial de plus de 200 ans, la Confrérie m'a recueillie, m'a soignée et plus que tout, a redonnée un but à mon existence. Ces hommes et ces femmes, aujourd'hui devenus mes frères, ont pour beaucoup donnés leur vie pour préserver le Commonwealth de toutes les abominations engendrées par ce monde. Nous sommes en décembre 2291 et la Confrérie contrôle désormais une grande partie de l'est des Etats-Unis, d'une zone s'étendant des ruines de Chicago jusqu'à celles de Boston, en passant par Detroit et l'enfer du Pitt. Plus à l'ouest, plusieurs têtes de ponts ont été établies, notamment à Minneapolis (touchée par trois têtes nucléaires lors de la Grande Guerre), ville entièrement sous contrôle mais encore totalement dépendantes des lignes de ravitaillements par Vertiptère. Une présence permanente est également maintenue à Kansas City et St. Louis, considérées comme deux villes "satellites" mais néammoins indispensable au ravitaillement des missions au départ pour le Texas. La Confrérie doit désormais se tourner vers le Nord. Et vers l'Etat du Maine. Sentinelle de la Confrérie, c'est moi qui ai reçu l'ordre "Observer et Infiltrer". Bien souvent préalable à l'ordre "Chercher et Détruire", je vais donc devoir prendre connaissance des diverses organisations régissant l'Etat du Maine, en évaluer les éventuelles menaces puis infiltrer au mieux l'organisation la plus réceptives à nos idées, au pire celle que j'aurais juger la moins dangereuse pour nous implanter sur ce territoire.
  9. 1 like
    Salut, Honnêtement je pense pas que ce soit possible. Vu que Preston te fait la gueule dès que tu commences à envahir le Commonwealth, un retour en arrière me semble plus qu'improbable.
  10. 1 like
    Salut. Je me suis remis il y a peu à FO4 en mode survie et à un moment donné, Preston a commencé à buguer. Il ne me suivait plus... Dans les dialogues j'avais toujours la possibilité de lui dire de me suivre mais il fallait que je clique un endroit où aller. Relou... Pas né de la dernière plus je l'ai abandonné derrière un buisson et il est rentré à sanctuary. Mais la bas il me pompe l'air avec la mission du château et je n'ai pas envie tout de suite de me taper la grosse en survie. Je sent que ça peut être long. Mais impossible d'entamer le dialogue pour qu'il me suive. J'ai essayé en embauchant canigou pour voir s'il y avait un reset mais rien. Vous me direz il y en a plein d'autres. C'est exact mais je voulais rincer Preston pour avoir son bonus a vie... Une idée? Sinon je vais chercher Nick ou piper et je les fait monter mais ça m'soule. Merci de votre aide, à bientôt . Soifran.
  11. 1 like
    Je kiffe la dernière, putain je kiffe.
  12. 1 like
    Bah pourquoi pas, après tout tu n'as rien à perdre Cam' ! Ce que tu peux commencer à faire, c'est trouver des bars qui font ce genre d’événements. En dresser une liste. Puis aller les voir pour discuter des modalités de mise en place d'une expo.
  13. 1 like
    Salut Si mes souvenirs sont bons, à la quête de reprendre le château Preston n'est plus disponible en follower, il faut finir la quête pour qu'il redevienne disponible.
  14. 1 like
    Pilote - La Guerre... La guerre. La guerre ne change jamais. Après vingt-sept ans sous une dissolution du système économique et de l'écosystème, 047 plonge l'Amérique et l'Europe dans un nouveau crache boursier. Les manufacturiers du monde en nouvelles technologies, pour suivre le tournant nucléaires émergeant dans la crise énergétique, n'arrivaient plus à se procurer de matières premières. Ralentissant les autres secteurs de marchés au point critique. Seulement certaines entreprises américaines survivent. Comme le pétrole s'évapore de façon alarmante, le changement avec les piles à fusion se met en oeuvre. Sauf que le coût encore trop élevé du produit pour la demande, le transfert s'est fait trop lentement pour rattraper la descente. Plusieurs autres pays du monde firent faillite. Les années suivantes ne firent qu'agraver les tensions dans l'ordre mondial, jusque là encore prospère. Le Canada, avec ses réserves de pétrole sur sable de l'Alberta et les gaz de l'île d'Anticosti, s'est assuré une certain indépendance. Ainsi qu'un pouvoir économique éphémère. Car en 052, le monde est marqué par une guerre des ressources non-officielle. Cette année qu'est née Marie. Quinze ans plus tard arrivèrent les premières troupes Américaines avec leurs monstres de combats : les T-51b Power Armor de la West Tek Research Facility. La jeune adolescente a vu des images pirates de ces armures, éliminant brutalement les populations des provinces canadiennes. Parfois à main-nue. Ils partaient de l'Alaska jusqu'en Alberta. West Tek, à ce moment, finançaient à 37% trois des pavions majeure en science appliquée, au sein du corps universitaire du Québec et son investissement étranger le plus important se faisait en Ontario. C'est aussi dans cette tranche de période qu'est né Jérémi Cadieux, en 040. Plus jeune, il assistait à l'entrée des États-Unis en en sol Sud-Américain, par l'entremise de projections-propagande. Et celle de l'Europe en Moyen-Orient. Pour le pétrole. D'une intelligence précoce, il ne fera pas politique mais médecine de recherche et deviendra un brillant ingénieur en biotechnologie. À treize ans, alors qu'une épidémie frappe les États-Unis, Jérémi reçoit son premier certificat en chimie. Avant la fin de la guerre, il était en charge d'un projet de Vault-Tech sur la crio-préservation. Quand le front d'Anchorage contre la Chine s'amorce, en 059, le jeune universitaire rêvait déjà à ses stages pour West Tek, division génie biologique. Durant la Résistance du renégat Canadien contre les Américains, le stagiaire Cadeux faisait beaucoup d'aller-retours entre Québec et Otawa, puis à Toronto. Il croyait qu'on voterait un jour la loi martiale, avec les contrôles d'identification et tout ce dont les québécois ont toujours eu peur, comme dérive politique. Mais rien de tout ça n'est arrivé. On a vaguement parlé de ripostes des troupes américaines en armure géante. Rien de plus. Plus tard, cette indifférence a permis à Marie de faire de fréquents aller-retours, de la base de Valcartier jusqu'en Colombie-Britanique, enfin de soutenir l'effort tactique contre les Américains. Quand l'annexation du Canada fut officielle, vingt-quatre ans après le début des affrontements, plusieurs années chez West Tek ont laissé le docteur Cadieux étrangement fatigué et las. Ils ont fermé son laboratoire sur la duplication-altéré des séquences d'ADN, vendu tout le projet autour du Gift à Vault-Tech. Jérémi croit qu'ils lui ont pris quelques idées tirés de son travail sur l'ADN pour leur Pan-Immunity Virion Project, maintenant appelé le FEV. Vault-Tech avait déjà lancé quelques projets d'Abris en Ontario et au Québec, bien avant la guerre. Jérémi s'est retrouvé donc en charge d'études sur ce nouveau système de crio-préservation. Marie était un des sujet-teste depuis déjà plusieurs mois. Après les conflis, ses défaites, elle est entrée résignée dans son tube pour une sentence injuste de 100ans. Elle ne s'est pas défendu, mais a gardé le regard sévère du soldat d'élite qui retient quelques visages en tête. Jérémi pensait s'assurer un bel avenir tranquille en acceptant ce poste. Surtout qu'une de ses seules tâches était de faire des prélèvements, et de surveiller la température des tubes. Tout cette guerre s'était toujours passé si loin de lui. À l'autre bout du pays. Les Américains payaient très bien, d'une compagnie à l'autre. Vraiment mieux que le gouvernement provinciale, ou même fédérale. Alors quand les bombes sont tombés, le 23 octobre 077, tout ça fut fini. Aujourd'hui, il est constamment poursuivit par Elle. Les motifs sont différents, mais la Guerre... La Guerre ne change jamais. Le docteur Cadieux a quitté précipitament de Québec, le coeur en panique et sans cesse le regard inquiet. En route pour arriver a l'Abri sous le Mont St-Bruno le plus vite possible. Il voulait en sortir les spécimens de leurs tubes avant qu'on ne vienne les chercher. Ce sont peut-être les derniers vestiges de l'ancien-monde. Ils ne peuvent pas finir comme ça. C'est comme ça que commence la première journée de Marie : avec une lame sous la gorge. Un homme violent la tire de l'Everest, alors qu'elle crache encore de ce liquide semi visqueux qui bouillonnait encore dans ses poumons. Elle a froid. Ça amoindrit la douleur des coups. Marie sait quoi faire, dans ces cas-là, mais elle a bien trop froid pour riposter. Ses bras font un câlin à ses organes viteaux. Elle va se laisser faire, pour le moment. Son ventre est resté brûlant comme un oreiller sortis de la sécheuse. Les muscles de ses avant-bras se solidifient autour tel un bouclier d'acier souple. Son coeur, lui, est resté au Pôle-Nord. Replié sur elle-même, Marie a du mal à retrouver son souffle. Elle tire la tête en arrière pour risquer un regard. Du haut de la botte toute noire, il y a le visage d'un homme mauvais comme elle n'en a vu qu'à un endroit. Puis, quelques étincelles et une seconde fracture du nez sont suffisants pour réveiller de vieux réflexes. Elle roule sur le côté avec ses bras d'acier pour enfin se remettre debout. La correction est brutale, mais l'agresseur a compris. Il y a des échos qui approchent. - Junk-Face ! Told ya not tow ah'fun weth... Trois échos passent la porte. L'une noire comme derrière les paupières de la jeune femme, quelques minutes plus tôt. Marie se cacher derrière la vitre d'un des tubes où habitait quelqu'un. Elle est surprise de voir qu'ils font la même chose. Ils portent visiblement des armes-à-feu. - Wu... Wu the fuck... - Commence pas à me sacrer après, toé ! Elle est encore plus surprise de voir qu'ils ne semblaient pas comprendre un mot. - Don't come over here, and I'll leave you guys alone. Ricanant, ils mâchent leur anglais de manière un peu débile. Ils se moquent ensemble du pop-cicle à poitrine qui parle. Un rapide coup d'oeil au corps de leur ami, ils ne veulent pas négocier. Ils veulent savoir si Marie a prise l'arme de Junk-Face. C'est son premier jour. Frederick aussi, s'est réveillé ce jour-là. La blague traine toujours qu'il faisait encore des mathématiques, en sortant du sommeil. Ses lèvres donnaient de petits coups secs; tremblante. Synchronisés tel les tic! d'une montre. En se levant, il a eu une attitude résigné et calme. Répétant sans cesse que ses signes vitaux étaient en parfaite condition. C'est un meilleur accueil que celui de Marie, qui les a envié pour ça, lui et les autres. En tout, trois autres furent rappelés à la réalité. Le mathématicien, un certain François et une Nadia. Neuf autres personnes sont restés dans leurs tubes respectifs. Elles étaient toutes bien plus vieilles que le groupe et il y avait quelque-chose de paisible, dans leurs regards. Le médecin responsable, Jérémi Cadieux, a précisé qu'il les garderait là où ils sont, s'il y arrive. Tel est leur volonté. Marie qui s'est débarrassé seule des slayers. Les images de son intervention ne sont pas assez claire dans sa tête pour en faire la description. C'est elle qui a réveillé tout le monde pour donner le compte rendu de leur situation. Ils devaient partir parce que des hommes armés et hostiles allaient venir les prendre. Le docteur va essayer protester pour garder les neufs sexagénaires. Mais eux, ils seraient trainés de force dans un autre laboratoire, à Québec. Probablement disséqués, et vivants d'abord pour les premiers prélèvements. Le secteur de Montréal est à éviter. C'est un sens-unique. La NAA, une autre faction militarisée, a fermées les frontières du sud. Il est impossible de traverser. Là aussi, c'est dangereux. Le docteur ignore ce qu'il reste de la Rive-Nord. Mais la Montérégie a été presque balayé toute entière, alors que plusieurs gratte-ciels se dresse encore à l'horizon de Montréal. Ils doivent éviter les patrouilles de la RNQ, ce sont leurs ravisseurs. Garder leurs échanges modérés avec la NAA. Et s'ils trouvent des campements bruyants sur leur chemin, ils doivent fuir le plus discrètement possible. François prenait mal le coup. Il voulait savoir pourquoi le docteur en question n'est pas venu leur parler à tous. Pourquoi ils ont été réveillé maintenant? Pourquoi tous leur arrivaient si brutalement, en partant? Et où étaient toute l'équipe médicale? Et où était le gouvernement? Frederick écoutait patiemment. Marie aussi. Nadia regardait François, l'air tout à fait terrorisée. Ce dernier ne semblait pas prêt du tout à croire en sa propre terreur. Marie, elle, y avait apparemment survécu, il y a trois heures de ça. Marie voudrait rentrer chez elle, sur la Côte-Nord. Toucher l'eau des pieds, voir si elle est encore aussi froide, maintenant. Elle a gardé cette pensée pour elle devant le docteur, de peur qu'il ne la noircisse avec une anecdote terrible. Mais devant les autres, c'est davantage comme une belle promesse. Le doc lui a aussi précisé qu'ils ne sont pas seuls sur ces terres mortes. Ils peuvent encore trouver de l'aide. On va soliciter la leur. Mais que ceux qui sont bilingues parlent. Les autres, il est préférable qu'ils apprennent l'anglais rapidement. Et si le doc ne s'est pas présenté devant eux pour parler, c'est à cause de son état. L'homme serait brûle sur tout son corps et ce ne serait pas beau à voir. C'est lui qui a insisté. Ils leur restaient à trouver un cap à suivre et une idée derrière ce choix. Marie s'est porté reponsable du groupe. Elle se doute que les tensions ne sont pas finis, dans cette petite coésion fragile. Elle le cqche bien mais elle a peur, en fait. Peur des obstacles à cette coésion, cachés dans les plaines brûlés et noires du monde-qui-reste. Elle craint de tomber sur trop de chose qu'elle ne comprendra pas. Frederick et les autres aussi, d'ailleurs. La guerre. La guerre ne change jamais. Après vingt-sept ans sous une dissolution du système économique et de l'écosystème, 047 plonge l'Amérique et l'Europe dans un nouveau crache boursier. Les manufacturiers du monde en nouvelles technologies, pour suivre le tournant nucléaires émergeant dans la crise énergétique, n'arrivaient plus à se procurer de matières premières. Ralentissant les autres secteurs de marchés au point critique. Seulement certaines entreprises américaines survivent. Comme le pétrole s'évapore de façon alarmante, le changement avec les piles à fusion se met en oeuvre. Sauf que le coût encore trop élevé du produit pour la demande, le transfert s'est fait trop lentement pour rattraper la descente. Plusieurs autres pays du monde firent faillite. Les années suivantes ne firent qu'agraver les tensions dans l'ordre mondial, jusque là encore prospère. Le Canada, avec ses réserves de pétrole sur sable de l'Alberta et les gaz de l'île d'Anticosti, s'est assuré une certain indépendance. Ainsi qu'un pouvoir économique éphémère. Car en 052, le monde est marqué par une guerre des ressources non-officielle. Cette année qu'est née Marie. Quinze ans plus tard arrivèrent les premières troupes Américaines avec leurs monstres de combats : les T-51b Power Armor de la West Tek Research Facility. La jeune adolescente a vu des images pirates de ces armures, éliminant brutalement les populations des provinces canadiennes. Parfois à main-nue. Ils partaient de l'Alaska jusqu'en Alberta. West Tek, à ce moment, finançaient à 37% trois des pavions majeure en science appliquée, au sein du corps universitaire du Québec et son investissement étranger le plus important se faisait en Ontario. C'est aussi dans cette tranche de période qu'est né Jérémi Cadieux, en 040. Plus jeune, il assistait à l'entrée des États-Unis en en sol Sud-Américain, par l'entremise de projections-propagande. Et celle de l'Europe en Moyen-Orient. Pour le pétrole. D'une intelligence précoce, il ne fera pas politique mais médecine de recherche et deviendra un brillant ingénieur en biotechnologie. À treize ans, alors qu'une épidémie frappe les États-Unis, Jérémi reçoit son premier certificat en chimie. Avant la fin de la guerre, il était en charge d'un projet de Vault-Tech sur la crio-préservation. Quand le front d'Anchorage contre la Chine s'amorce, en 059, le jeune universitaire rêvait déjà à ses stages pour West Tek, division génie biologique. Durant la Résistance du renégat Canadien contre les Américains, le stagiaire Cadeux faisait beaucoup d'aller-retours entre Québec et Otawa, puis à Toronto. Il croyait qu'on voterait un jour la loi martiale, avec les contrôles d'identification et tout ce dont les québécois ont toujours eu peur, comme dérive politique. Mais rien de tout ça n'est arrivé. On a vaguement parlé de ripostes des troupes américaines en armure géante. Rien de plus. Plus tard, cette indifférence a permis à Marie de faire de fréquents aller-retours, de la base de Valcartier jusqu'en Colombie-Britanique, enfin de soutenir l'effort tactique contre les Américains. Quand l'annexation du Canada fut officielle, vingt-quatre ans après le début des affrontements, plusieurs années chez West Tek ont laissé le docteur Cadieux étrangement fatigué et las. Ils ont fermé son laboratoire sur la duplication-altéré des séquences d'ADN, vendu tout le projet autour du Gift à Vault-Tech. Jérémi croit qu'ils lui ont pris quelques idées tirés de son travail sur l'ADN pour leur Pan-Immunity Virion Project, maintenant appelé le FEV. Vault-Tech avait déjà lancé quelques projets d'Abris en Ontario et au Québec, bien avant la guerre. Jérémi s'est retrouvé donc en charge d'études sur ce nouveau système de crio-préservation. Marie était un des sujet-teste depuis déjà plusieurs mois. Après les conflis, ses défaites, elle est entrée résignée dans son tube pour une sentence injuste de 100ans. Elle ne s'est pas défendu, mais a gardé le regard sévère du soldat d'élite qui retient quelques visages en tête. Jérémi pensait s'assurer un bel avenir tranquille en acceptant ce poste. Surtout qu'une de ses seules tâches était de faire des prélèvements, et de surveiller la température des tubes. Tout cette guerre s'était toujours passé si loin de lui. À l'autre bout du pays. Les Américains payaient très bien, d'une compagnie à l'autre. Vraiment mieux que le gouvernement provinciale, ou même fédérale. Alors quand les bombes sont tombés, le 23 octobre 077, tout ça fut fini. Aujourd'hui, il est constamment poursuivit par Elle. Les motifs sont différents, mais la Guerre... La Guerre ne change jamais. Le docteur Cadieux a quitté précipitament de Québec, le coeur en panique et sans cesse le regard inquiet. En route pour arriver a l'Abri sous le Mont St-Bruno le plus vite possible. Il voulait en sortir les spécimens de leurs tubes avant qu'on ne vienne les chercher. Ce sont peut-être les derniers vestiges de l'ancien-monde. Ils ne peuvent pas finir comme ça. C'est comme ça que commence la première journée de Marie : avec une lame sous la gorge. Un homme violent la tire de l'Everest, alors qu'elle crache encore de ce liquide semi visqueux qui bouillonnait encore dans ses poumons. Elle a froid. Ça amoindrit la douleur des coups. Marie sait quoi faire, dans ces cas-là, mais elle a bien trop froid pour riposter. Ses bras font un câlin à ses organes viteaux. Elle va se laisser faire, pour le moment. Son ventre est resté brûlant comme un oreiller sortis de la sécheuse. Les muscles de ses avant-bras se solidifient autour tel un bouclier d'acier souple. Son coeur, lui, est resté au Pôle-Nord. Replié sur elle-même, Marie a du mal à retrouver son souffle. Elle tire la tête en arrière pour risquer un regard. Du haut de la botte toute noire, il y a le visage d'un homme mauvais comme elle n'en a vu qu'à un endroit. Puis, quelques étincelles et une seconde fracture du nez sont suffisants pour réveiller de vieux réflexes. Elle roule sur le côté avec ses bras d'acier pour enfin se remettre debout. La correction est brutale, mais l'agresseur a compris. Il y a des échos qui approchent. - Junk-Face ! Told ya not tow ah'fun weth... Trois échos passent la porte. L'une noire comme derrière les paupières de la jeune femme, quelques minutes plus tôt. Marie se cacher derrière la vitre d'un des tubes où habitait quelqu'un. Elle est surprise de voir qu'ils font la même chose. Ils portent visiblement des armes-à-feu. - Wu... Wu the fuck... - Commence pas à me sacrer après, toé ! Elle est encore plus surprise de voir qu'ils ne semblaient pas comprendre un mot. - Don't come over here, and I'll leave you guys alone. Ricanant, ils mâchent leur anglais de manière un peu débile. Ils se moquent ensemble du pop-cicle à poitrine qui parle. Un rapide coup d'oeil au corps de leur ami, ils ne veulent pas négocier. Ils veulent savoir si Marie a prise l'arme de Junk-Face. C'est son premier jour. Frederick aussi, s'est réveillé ce jour-là. La blague traine toujours qu'il faisait encore des mathématiques, en sortant du sommeil. Ses lèvres donnaient de petits coups secs; tremblante. Synchronisés tel les tic! d'une montre. En se levant, il a eu une attitude résigné et calme. Répétant sans cesse que ses signes vitaux étaient en parfaite condition. C'est un meilleur accueil que celui de Marie, qui les a envié pour ça, lui et les autres. En tout, trois autres furent rappelés à la réalité. Le mathématicien, un certain François et une Nadia. Neuf autres personnes sont restés dans leurs tubes respectifs. Elles étaient toutes bien plus vieilles que le groupe et il y avait quelque-chose de paisible, dans leurs regards. Le médecin responsable, Jérémi Cadieux, a précisé qu'il les garderait là où ils sont, s'il y arrive. Tel est leur volonté. Marie qui s'est débarrassé seule des slayers. Les images de son intervention ne sont pas assez claire dans sa tête pour en faire la description. C'est elle qui a réveillé tout le monde pour donner le compte rendu de leur situation. Ils devaient partir parce que des hommes armés et hostiles allaient venir les prendre. Le docteur va essayer protester pour garder les neufs sexagénaires. Mais eux, ils seraient trainés de force dans un autre laboratoire, à Québec. Probablement disséqués, et vivants d'abord pour les premiers prélèvements. Le secteur de Montréal est à éviter. C'est un sens-unique. La NAA, une autre faction militarisée, a fermée la frontière avec l'ouest canadien. Il est impossible de traverser. Là aussi, c'est dangereux. Le docteur ignore ce qu'il reste de la Rive-Nord. Mais la Montérégie a été presque balayé toute entière, alors que plusieurs gratte-ciels se dresse encore à l'horizon de Montréal. Ils doivent éviter les patrouilles de la RNQ, ce sont leurs ravisseurs. Garder leurs échanges modérés avec la NAA. Et s'ils trouvent des campements bruyants sur leur chemin, ils doivent fuir le plus discrètement possible. François prenait mal le coup. Il voulait savoir pourquoi le docteur en question n'est pas venu leur parler à tous. Pourquoi ils ont été réveillé maintenant? Pourquoi tous leur arrivaient si brutalement, en partant? Et où étaient toute l'équipe médicale? Et où était le gouvernement? Frederick écoutait patiemment. Marie aussi. Nadia regardait François, l'air tout à fait terrorisée. Ce dernier ne semblait pas prêt du tout à croire en sa propre terreur. Marie, elle, y avait apparemment survécu, il y a trois heures de ça. Marie voudrait rentrer chez elle, sur la Côte-Nord. Toucher l'eau des pieds, voir si elle est encore aussi froide, maintenant. Elle a gardé cette pensée pour elle devant le docteur, de peur qu'il ne la noircisse avec une anecdote terrible. Mais devant les autres, c'est davantage comme une belle promesse. Le doc lui a aussi précisé qu'ils ne sont pas seuls sur ces terres mortes. Ils peuvent encore trouver de l'aide. On va soliciter la leur. Mais que ceux qui sont bilingues parlent. Les autres, il est préférable qu'ils apprennent l'anglais rapidement. Et si le doc ne s'est pas présenté devant eux pour parler, c'est à cause de son état. L'homme serait brûle sur tout son corps et ce ne serait pas beau à voir. C'est lui qui a insisté. Ils leur restaient à trouver un cap à suivre et une idée derrière ce choix. Marie s'est porté reponsable du groupe. Elle se doute que les tensions ne sont pas finis, dans cette petite coésion fragile. Elle le cqche bien mais elle a peur, en fait. Peur des obstacles à cette coésion, cachés dans les plaines brûlés et noires du monde-qui-reste. Elle craint de tomber sur trop de chose qu'elle ne comprendra pas. Frederick et les autres aussi, d'ailleurs.
  15. 1 like
  16. 1 like
    Aah, tu es du genre patient, bah écoute c'est un gros atout pour jouer à Fallout que moi j'ai pas je dois avouer
  17. 1 like
    Disons que déjà j'ai fais 4 parties, ensuite quand je joue à Fallout, je fouille comme un ding, en général pas grand chose m'échappe (je peux passer parfois plusieurs heurs à chercher) ensuite je fais presque pas la quête principal au début (elle est déjà très longue), et pour finir il y a aussi les moments de fails où je dois recommencer plusieurs fois une salle pour la réussir, voilà je pense que j'ai fait le tour ^^ Je ne pense pas avoir besoin de préciser que je fais toutes les quêtes qui me passe sous le nez. ;-)
  18. 1 like
    Bonjour à toutes et à tous ? (Premier post à ce jour :/ ) Je souhaitai revenir sur un sujet de cette discussion qui semblait assez intéressant à savoir les maps Malgré que F4 nous ait gâté avec son immense map bien remplie et ses DLCs je tiendrai juste à souligner le non les WASTElands ... C'est à ce moment que je me remémora lors de ma période du "hype-train" les croquis du jeux qu'ils nous ressortait des terres désolées (je veux dire de vrai terres désolées) qui s'étendait à perte de vue ( se qui est bien sur impossible avec leur moteur graphique :D ) et vraiment avoir des terres désolées sur lesquelles la survie serait durrrr et arides ou marécageuse mais le tout sans etre gâché par une végétation dégueulasse sérieux qui détruit le potentiel du jeu a certains moment :/ découvrir des bunker sous une pille de cadavres ou meme installer ou découvrir des settlement sur des terres impraticable à partir de rien ... Pour moi se serai sa un Fallout (ou un madmax je sais pas :D)
  19. 1 like
    Toujours pas de traduction prévue si jamais ; les devs ne sont pas prêts à confier cela à des bénévoles, quitte à ne pas traduire du tout. Peut-être savez-vous déjà qu'une extension (gratuite ?) est sur les rails pour Underrail (huhu) ? Nouveaux contenux, lieux, etc. Il semblerait que les devs s'amusent bien...
  20. 1 like
    Le premier fallout que j'ai joué c'était fallout new vegas sur PS3 en 2011 puis je me suis vite mis sur PC et là j'ai découvert les autres fallout. Fallout 1 j'ai fini avec deux fins possible, fallout 2 je l'ai terminé une fois mais je suis sur le coup pour le finir une deuxième fois, le trois je l'ai saigné de font en comble jusqu'à ne plus avoir de quêtes possibles, New vegas idem, Tactics je l'ai pas fini mais je compte m'y remettre. Merci de ta réponse
  21. 1 like
    voila la fin de la petite serie :