Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 07/19/2019 in all areas

  1. 1 point
    Neevix

    Mini-récits des Appalaches

    Bonjour à tous et à toutes ! Je suis toujours vivant, toujours debout, toujours la banane ! Comme je ne joue pas autant à F76 qu'avant mes mini-récits photos se font plus rares. Mais, de temps en temps, l'inspiration est là ! J'ai pris beaucoup plus d'images que prévu donc j'ai décidé de diviser le mini-récit en deux parties. Cette première partie est dédié au concours mini-récits du discord FoGen ! La deuxième partie arrivera peu de temps après (fin de semaine très certainement). Bonne lecture ! Les racines du mal - Partie 1 Quand je suis retourné dans la région proche d'Harpers Ferry, désormais surnommé le "Bourbier" à juste titre, j'étais loin d'imaginer à quel point elle avait changée. Il y avait toujours eu ce marais autour de la ville mais celui-ci s'était étendu à une vitesse inquiétante depuis la chute des bombes. Les branches des arbres semblaient former des bras inquiétants cherchant à cacher le soleil. Le teint malade de leurs écorces me donnait mal à l'aise. Des racines rougeâtres avaient proliféré à l'intérieur et je sentais leurs mouvements rien qu'en les regardant. En avançant le long d'une route abandonnée j'ai compris que ces racines étaient bien plus dangereuses et inquiétantes que prévu. Certaines d'entre-elles s'étaient extraites des arbres pour venir attaquer et encercler des... véhicules ? Ce vieux bus que j'étais en train de longer était enchevêtré dans ce cauchemar végétal et on aurait presque cru que la forêt elle-même voulait le dévorer. Je n'osais pas m'éloigner de la route, de peu d'être avalé dans l'obscurité du Bourbier. Après plusieurs minutes de marche j'ai pu voir au loin la silhouette d'un ancien hangar. Celui-ci semblait ne pas avoir été attaqué par la végétation, ses parois de métal lui procurant probablement une bonne défense. Les vieilles grilles qui entouraient la structure peinaient à tenir debout mais j'avais l'impression d'être en sécurité malgré tout. A l'intérieur se trouvait un atelier et une minuscule chambre. J'entendais le bruit des insectes et des branches qui remuaient à l'extérieur... Mais j'ai pu m'offrir le luxe d'une halte plus que bienvenue. Après une heure j'étais près à repartir dans les marais. La nuit était bien avancée mais, sa présence était toujours écrasante. Les plantes qui entouraient les points d'eau émettaient des lueurs surnaturelles et cela donnait l'impression pendant quelques instants de ne plus être sur Terre. J'étais devenu un explorateur qui découvrait des étendues extraterrestres. Ce Bourbier ce n'était plus ce recoin de la Virginie Occidentale que je connaissais. Tout était à redécouvrir et j'étais à deux doigts de tomber sur l'impensable. Alors que j'avais pris la forme que je voyais au loin comme un amas de gros arbres j'ai vite compris que j'étais à mille lieux de la réalité. Ces racines rougeâtres avaient littéralement soulevé un pan entier du sol. Que dis-je ? Elles avaient littéralement élevé la majeure partie de l'ancien village de Tanagra dans le ciel. Pendant quelques instants je me suis dit que je m'étais assoupis dans l'abri rencontré précédemment... Mais non tout était réel. Des morceaux du village pendouillaient lamentablement sur le rebord de cet énorme rocher. Ma curiosité malsaine me poussa à explorer les restes du village. Je voyais bien qu'autour de moi des choses bougeaient dans l'ombre des cimes des arbres et je me mettais en danger à rester trop longtemps dans cet endroit à l'aspect aussi surréaliste que sinistre. Une sorte de pont de racines menaient vers les hauteurs de ce rocher. Je ne sais pas ce qui m'a pris à ce moment-là mais je n'ai pas réfléchi longtemps avant de vouloir l'emprunter. Pourquoi cet endroit spécifiquement avait subi le courroux de ces racines envahissantes ? C'est en voulant connaitre la réponse que je posais pour la première fois mes pieds sur ces plantes qui m'accompagnaient depuis mon arrivée au Bourbier. Alors que je commençais mon ascension le jour commença lentement à se lever. Les décombres de toutes sortes formaient un chemin grotesque vers le sommet. Je passai sur un long tuyau de métal provenant des anciennes canalisations du village, puis sur des containers dont j'ignorais l'origine, pour enfin déboucher dans un bus soutenu de façon précaire par les racines. J'avais l'impression de perdre la tête et surtout de perdre mes repères. Tout était penché et donnait l'impression de défier les lois de la gravité. J'étais tellement concentré sur le placement de mes pieds pour éviter de tomber que je ne vis pas passé les premières lueurs du soleil...
  2. 1 point
    Neevix

    Mini-récits de 2076

    26 Janvier 2076 - Alaska, alentours de Anchorage Le sol résonnait des pas des soldats qui allaient et venaient à travers ce qui semblait être un complexe souterrain. Ils transportaient toutes sortes de matériels à la hâte comme si une catastrophe se préparait. Dans une des salles du complexe se trouvait deux soldats devant un terminal qui discutait en mandarin avec un ton inquiet. " Je n'arrive pas à croire que nous ne soyons pas partis plus tôt. Les Américains ont quasiment détruit tous nos bunkers et bases d'opérations dans leurs opérations de "nettoyage", on était forcément les prochains sur la liste, pourquoi nos supérieurs ont pris autant de temps pour décider l'évacuation ? " - se demanda un des soldats tout en tapant sur le clavier du terminal en face de lui. Tout en tapant du pied droit contre le sol, l'autre soldat juste à coté répondit vivement : " Moins fort ! Si on t'entend douter des décisions de nos supérieurs tu ne retourneras jamais au pays ! Le général Jingwei est peut-être mort mais, il avait transmit des objectifs clairs aux bases alentours. Je n'ai pas les détails mais, je suppose que si nous ne partons que maintenant c'est pour une bonne raison. " Une alarme se mit à retentir à travers toute la base. Plusieurs soldats armés se mirent à courir à travers les tréfonds du complexe jusqu'à arriver devant une grosse porte blindée. Un des soldats, vraisemblablement un officier au vu des médailles et des ornements du parti communiste chinois qui jonchaient son uniforme, se plaça devant le reste du groupe et pris la parole avec vigueur. " La Chine ne se rend jamais face aux chiens impérialistes que constituent les Etats-Unis ! Grâce à vos efforts la majorité des ressources qui auraient put être utile à nos ennemis ont été évacués ou détruit. Ils pensent que cette victoire à Anchorage est totale, mais ils ne font que repousser l'inévitable victoire de notre nation ! Nous devons donner aux autres soldats du temps pour terminer l'évacuation du complexe. Alors, prenez vos armes et si nous devons mourir ici au moins nous aurons, une fois encore, mit des entraves sur la route de ces capitalistes ! En avant ! Longue vie à l'Armée de Libération du Peuple ! " Une explosion se produisit soudainement au niveau de la porte blindée non-loin des soldats. Des débris volèrent dans tous les sens et le souffle de l'explosion laissa place à un silence inquiétant. De la neige commença à s'infiltrer dans l'entrée du complexe et bientôt de grosses silhouettes en armures devinrent visible. Ces soldats lourds en armures assistées tenaient dans leurs mains des miniguns et bientôt le seul bruit qui se rependait dans le complexe était celui des coups de feu et des cris mêlant rage et confusion. 2 Février 2076 - Washington D.C, Poste de contrôle militaire Des voitures faisaient la file devant un poste de contrôle étroitement surveillé par des soldats en uniforme. Il y avait même deux individus équipés d'armures assistées qui étaient en poste proche des barrières qui bloquaient les voitures pour faire probablement acte de dissuasion. Les voitures passaient une par une lentement, chacune étant contrôlées avant de pouvoir continuer sa route. Que cela soit l'intérieur du véhicule, son coffre, les affaires sur les passagers et le conducteur, tout était étroitement vérifié et notifié par les soldats. Parfois un véhicule était redirigé sur le côté du poste de contrôle... " Monsieur Wang Juo et madame Tian Tai. Résidence 1240 N. Quinn Street. Naturalisé en tant que citoyen américain depuis 2068. Pays d'origine : Chine. Tout semble correct à vos yeux ? " - demanda un soldat en tapotant son stylo contre son calepin tout en observant le couple asiatique devant lui. Ces derniers ne se contentèrent que d'un hochement de tête tout en gardant le silence, visiblement intimidé mais aussi en colère. " Dans deux ans cela fera seulement 10 ans que vous êtes dans notre pays, enfin... votre nouveau pays. Nous avons des procédures à respecter ici et vous vous doutez bien qu'avec le contexte politique actuel nous ne pouvons pas... " Avant de terminer l'homme asiatique répliqua avec un ton légèrement irrité : " Vous ne pouvez pas simplement faire un contrôle comme tous les autres citoyens américains ?! Si nous sommes partis de Chine c'est pour une bonne raison. Nous n'avons rien à nous reprocher ma femme et moi. Nous travaillons à Washington D.C depuis 8 ans et nous n'avons aucun casier judiciaire. " Le soldat baissa son calepin et reprit sa phrase en ne tenant pas compte des propos de l'homme. " Nous ne pouvons pas faire une fouille classique pour les naturalisés américains depuis moins de 10 ans. L'espionnage est un risque de tous les jours dans notre pays monsieur Wang Juo. Et il a été prouvé que le gouvernement chinois était très méticuleux quand il s'agissait de ce domaine. " La femme asiatique commença à serrer la main droite de son mari, à deux doigts de pleurer. " C'est le fait que nous soyons d'origine chinoise qui dérange j'ai l'impression ! Pas le temps depuis notre naturalisation ! " - répliqua l'homme asiatique visiblement sentant une forme d'injustice. " Ce n'est pas votre origine dont il est question monsieur Wang Juo. C'est l'emploi que vous exercez qui est problématique. " - répondit le soldat tout en rejetant un œil dans son calepin. " Et bien ? Pourquoi mon emploi poserait problème ? " - s'indigna monsieur Juo en réponse. " Vous travaillez à Mama Dolce's depuis votre arrivée au pays... "
  3. 1 point
    Fallout 76 : Promenade dans les Appalaches - 19 juillet 2019 En explorant les Appalaches, impossible de savoir ce qu'on va découvrir. Entre les histoires de survivants, les fouilles dans les bâtiments, et la collecte de figurines, vous tomberez peut-être nez à nez avec une scène particulière incluant des ours en peluche et des gnomes. Cette semaine, nous avons demandé aux joueurs de partager leurs photos préférées parmi celles qu'ils ont prises de ces scènes. La semaine prochaine sera consacrée au thème : soleil et divertissement ! Nous espérons y retrouver des photos de fêtes estivales, de virées en montagnes russes, de rivages (radioactifs), et de vacances au balcon à Whitespring ! Montrez-nous votre été dans les Appalaches. Pour envoyer vos images pour la prochaine édition de Promenade dans les Appalaches, publiez vos images sur nos forums officiels ou sur Twitter avec le hashtag #Fallout76 pour tenter d'être publié. -HIM est tombé sur un étrange personnage en train de compter le butin de ses crimes époursvantables. Grizzlaine était occupée à tricoter un nouveau chapeau pour voyager comme DamenAJ. Dewtyencountry a retrouvé Jean-Jacques Boursdin en train de se griller quelques steaks. Chevaucher cette fusée est un petit pas pour l'homme, mais un grand pas pour l'oursité.(Mastergrunt9) Personne n'imaginerait les horreurs ignomables qu'ils ont vues. VTecOverseer a surpris ces deux gnomes en train de se préparer pour le week-end. Bizarrement, nous ne sommes pas certains que les mineurs que Grizzly43red a trouvés aient les bonnes koala-fications pour ce travail. Nous nous posons quelques questions à propos du tri-gnome que Parnyparns a découvert... mais cela ne nous regarde pas. La scène d'oursophagie qu'a découverte Mythrezia nous choque. Il n'y a clairement pas assez de sel dans cette casserole. YerAllNuts se renseigne sur l'élément chimique qu'est l'oursanium.
  4. 1 point
    naossano

    Développement de Swamp

    Quittons quelques temps les terres désolées de la virginie-occidentale, pour retrouver les terres humides, mais non moins désolées de Swamp (ou marécage pour les anglophobes), un jeu indépendant en Point'n'Click, actuellement en développement par la petite équipe de After Apocalypse Studio. Derrière ce sobriquet aussi original que le nom du chien dans le prochain Fallout, se cache un trio de développeurs, dont les plus anciens se souviendront (les quelques-uns que la sénilité n'aura pas encore atteint). Des vétérans de Fonline, Fallout Génération, et fans hardcore de Fallout, deux francophones et un polonais qui auront fait couler beaucoup d'encre (si les claviers pouvaient faire couler de l'encre), durant l'age d'Or de Fonline. Dans ce trio, nous retrouvons Kinkin, un de nos anciens admins, KTTDestroyer, et Cryofluid, un artiste connu dans l'univers Fonline, pour ses nombreuses vidéos, bandes dessinées et images diverses. À ce stade, le jeu est encore en développement, mais la communication autour du projet a commencé en juin 2019, avec une démo jouable, en anglais ET en français. Au programme, de la grosse gadoue, des insectes géants, des blagues à l'humour grinçant, et des petites énigmes à résoudre. La démo est courte. Comptez 8 minutes en rushant ou une bonne vingtaine, si vous prenez le temps de bien lire et de tout explorer. Sans vous spoiler, vous pourrez vous apercevoir dans cette démo que vos choix auront une incidence sur la suite de l'histoire. Quoique l'on choisisse de faire, il faudra l'assumer ! Bien qu'une démo est désormais disponible, ce jeu est encore en développement, avec une date de sortie encore indéterminée. Sortie prévue sur Android, PC, Linux et MAC, en anglais et en français. Vous pouvez télécharger la démo ici, pour un ordinateur, et ici, pour android, ainsi que suivre le projet sur Itch.io, Twitter, Facebook, Instagram, ainsi que le site officiel de After Apocalypse Studio. Article rédigé avec (et en grande partie par) Kinkin.