Neevix

Mini-récits de 2076

2 messages dans ce sujet

Bonjour à tous et à toutes !

 

Actuellement j'aime bien écrire des récits courts accompagnés de captures d'écrans que je prends durant mes sessions de jeu sur Fallout 76. J'ai fait un topic que vous pouvez trouver ici : Mini-récits des Appalaches.

Je cherche à diversifier mes écrits et j'ai eu l'idée de faire des textes courts, que vous pourrez lire indépendamment, utilisant le contexte Avant-guerre de Fallout et, plus précisément, l'année précédent la chute des bombes. Contrairement à mes mini-récits des Appalaches, ici il s'agira uniquement de textes. J'accompagnerais peut-être certains de ces textes d'extraits audio, type "holobande", pour apporter un plus grand degrés d'immersion. 

 


 

1er Janvier 2076 - Boston, 31 High St

 

" Il s'agit d'un grand pas en avant pour REPCONN Aerospace. Je suis certain que la transition se fera en douceur et que cette nouvelle famille s'intégrera parfaitement à la nôtre. Nous avons toujours placé l'intérêt de nos employés avant tout le reste. Désormais REPCONN Aerospace peut voir plus loin et peut se montrer bien plus ambitieux. Ils ont désormais des moyens et des outils supplémentaires, qui ont sût montrer leurs efficacités depuis ces dernières années, pour accomplir leurs objectifs. Car, oui, il ne s'agit pas ici d'étouffer le potentiel d'une société mais, bien au contraire, d'aider à ce que ce potentiel puisse s'exprimer avec bien plus de force qu'auparavant !  " 

...

" Vous avez entendu aujourd'hui la déclaration de Carl Rook, nouveau vice-président de REPCONN Aerospace depuis son rachat par RobCo Industries. Nous reprendrons l'annonce des actualités après une courte page de publicités ! "

 

La télévision continuait ainsi de cracher son interminable flot d'images et de sons. Une petite musique joyeuse était désormais en train de vanter l'efficacité des produits de ménage Abraxo. Devant la télévision, confortablement assis dans un fauteuil en cuir marron, se trouvait un vieil homme d'une soixantaine d'années aux traits asiatiques. Il semblait à la fois las et irrité face aux informations qui passaient devant ses yeux fatigués. Il se leva et se dirigea vers la télévision pour l'éteindre tout en lâchant un soupire. 

 

" Le monde est en train de foncer dans un mur en béton et on se félicite d'un rachat d'une société ! N'importe quoi... " - dit-il avec un ton mécontent.

 

Le petit salon où il se trouvait était baigné dans une lumière aux teintes orangées ce qui signifiait que c'était le matin. Le vieil homme traîna ses pieds pour atteindre une radio aux allures obsolètes. Il appuya nonchalamment sur un bouton et bientôt une musique de jazz envahit les lieux.  

 

7 Janvier 2076 - Washington D.C, Lincoln Memorial

 

Deux hommes en costumes avançaient sur une grande allée longeant un bassin. Au bout de cette allée une série de marches menait à une structure gréco-romaine imposante. Le parc était plutôt calme et il n'y avait que quelques personnes, ces dernières étant d'ailleurs occupées à prendre des photographies plutôt qu'à discuter.

 

" Les soldats en place las-bas n'en ont plus grand-chose à faire. Tu aurais vu les photographies qui ont fuitées ! Des personnes en rang, genoux à terre et les yeux bandés, qui attendaient d'être exécutés. Je te le dis, ce qu'il se passe au Canada en ce moment ce n'est pas beau à voir. " - dit le premier homme en costume vers son comparse qui était à ses côtés. 

 

Les deux hommes s'assirent sur une marche et sortirent tous les deux, de façon mécanique, une cigarette. L'un deux tourna la tête vers la droite et pointa du doigt un robot à la forme singulière. Il était affublé d'une peinture bleue avec la mention "POLICE" sur le devant. Une lumière rougeâtre s'échappait d'une sorte de dôme vitré qui devait être sa tête et il avançait lentement d'un pas qui pouvait sembler pataud.

 

" On ne peut plus se balader nul-part sans les croiser ceux-là. " - fit remarqué le deuxième homme pointant du doigt.

 

" Je préfère croiser un Protectron plutôt que l'un de ces soldats en armures assistées.  Avec la tension qui monte en ce moment dans le pays je trouve ces robots parfois moins effrayant. " - répondit le premier homme tout en allumant sa cigarette.

 

Certains photographes s'étaient massés derrière le Protectron qui continuait ce qui semblait être une patrouille devant la structure en marbre du Lincoln Memorial. L'un des photographes semblait mécontent et commença à crier vers la machine impassible. Les deux hommes aux cigarettes ne comprirent pas très bien ce qu'il avait hurlé, une sorte de protestation sur la fermeture du Memorial. Cependant, ce qui s'ensuivit allait être beaucoup plus clair.

Le photographe ayant auparavant crié se saisit d'un gros cailloux et le lança vers le Protectron. Le cailloux frappa contre le dôme de la machine, sans faire de dégâts, ne faisant qu'un simple bruit métallique à son impact. La machine se retourna lentement.

 

" Baissez votre arme et soumettez vous à l'autorité !"

 

La voix robotique du Protectron était froide et sans émotions mais, elle était claire et paraissait menaçante. Le groupe de photographe commença à s'écarter, laissant le coupable bien en vue. Ce dernier continua de crier, insultant directement le robot et sa présence ici, et relança un deuxième cailloux. Au moment même du second impact, cette fois-ci sur la carrosserie du robot, un laser d'un rouge vif s'échappa de l'une des mains griffus du Protectron. Le bruit fut assourdissant mais bref. Il y avait maintenant un corps à la poitrine trouée sur les marches du Lincoln Memorial. Quelques cendres s'envolaient dans l'air sur un fond de stupeur général.

 


 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.