• bdd_livre.png.38ca27d0c9044ccbdbae2e058729c401.jpg

    Bienvenue dans la Base de Données des livres !

    Vous y trouverez des ouvrages post-apo que la communauté souhaite partager. Il vous est possible de rajouter des fiches de livres, alors partagez vos trouvailles avec la communauté FoGen ! Une grande partie des ouvrages que vous trouverez sont ici grâce au travail de Jacques Haesslé sur son site : http://destination-armageddon.fr/index.html. Un grand merci à lui pour son travail exceptionnel !

    Accédez au flux RSS :

  • L'ange De L'abîme

       (0 avis)

    Fiche du livre :

    Type : livre

    Auteur : Pierre BORDAGE

    Parution : 2004

    Thème : guerres futures 1, péril jaune et guerres des races, menaces idéologiques


    Sur l'auteur :

    (1955-) Ecrivain français de science-fiction. Après une vocation religieuse avortée, une recherche  de la spiritualité  orientale, différents petits métiers qui lui permettent de vivre, il perce dans l'écriture. Redonne un nouveau départ à la SF française. Ecrit de très nombreux romans à base de space-opera, d'héroïc-fantasy, nourris par les mythologies et les épopées. Ses thèmes (non exhaustifs) sont l'humanisme, les jeux du pouvoir, le dépaysement. Méconnu par la nomenklatura littéraire de l'establishment  française, il est récompensé par de nombreux prix et profondément impliqué dans l'avenir de ce genre populaire.


    Préambule :

    l’Ange de l’abîme par Pierre Bordage, Au Diable Vauvert éd., 2004, 1 vol. broché, grand in-12 ème , 471 pp. couverture illustrée par Olivier Fonvieillle. roman d’expression française
    1ère  parution : 2004
    guerres futures 1 – péril jaune et guerres des races – menaces idéologiques


    Synopsis :

    L’Europe après le 11 septembre. Une ligne de front, oscillant entre la Pologne et le Delta du Danube, sépare les Européens et leurs légions d’anges des «Ousamas» (musulmans). La guerre totale, identique à celle de 14-18,  broie des millions de jeunes gens, de part et d’autre :
    « Avec des gestes lents, graves, les soldats de l’archange Michel écrasèrent leurs cigarettes, lacèrent leurs casques, déverrouillèrent les crans de sûreté de leurs armes. Au second aboiement, ils gravirent la pente de la tranchée, franchirent les murs de sacs de sable et foncèrent tout droit vers les positions ennemies. Ils n’eurent pas le temps de parcourir cent mètres. Les tirs nourris des mitrailleuses les fauchèrent l’un après l’autre sur le terrain plat et nu séparant les deux lignes. »
    L’Europe sous la coupe d’une espèce de théocratie décline les divers grades militaires selon un vocabulaire religieux : des «Vertus», des «Chérubins», des «Trônes», des «Dominations » quadrillent le continent avec, à leur tête le puissant archange Michel, un vieillard obstiné et cacochyme, chef  tout puissant d’une Europe exsangue,  retiré dans son bunker de Roumanie. A l’arrière de la ligne de front pleuvent les bombes :
    «Le déluge de bombes et de missiles est tombé sans interruption sur ces deux régions pendant plus de cinq ans. Les islamistes ont d’abord déferlé par le détroit du Bosphore. Leurs intentions étaient de libérer leurs frères albanais et, en même temps, de prendre pied sur le sol européen. Ils ont envahi la Bulgarie, puis la Macédoine, mais ils ont été repoussés en Turquie par la contre-attaque fulgurante des légions de Michel venues de Roumanie et de Hongrie. Il y a eu des millions de morts dans le coin. Des dizaines de millions. C’est la guerre la plus meurtrière, la plus dégueulasse que j’aie jamais couverte. »

    La débrouille triomphe, les collaborateurs foisonnent, les crimes de toutes sortes sont légaux
    « Ils se défonçaient aux bulles de champagne, aux pilules de toutes les couleurs, aux intrigues de salon et aux perfidies minuscules pendant que les bombardements jetaient des familles entières dans les rues, pendant que l’existence de millions d’hommes jeunes se brisait sur le front est, pendant que la légion traquait et exterminait des hordes d’orphelins livrés à eux-mêmes. »
    Le racisme d’état, l’intolérance religieuse vide la France de ses Arabes – parfois sur un simple soupçon – pour les concentrer dans des camps d’extermination. Les jeunes gens qui ne souhaitent pas mourir se transforment en pilleurs de ruines, appartenant à des sortes de confréries les « cailleras», bandes organisées et puissamment armées.
    Pibe est l’un de ces jeunes et le héros de cette histoire. Rendu orphelin d’une famille qu’il détestait, il sera accueilli au sein d’une caillera, pris en charge par une adolescente mystérieuse, Stef, qui lui assignera le but de son existence : partir à la rencontre de l’archange Michel. Périple qui n’est pas de tout repos puisque livré à lui-même lorsque sa caillera aura été anéantie par les légionnaires (devise : « Loi et Lance »), Il lui faudra parcourir une Europe dévastée pour atteindre Piatra, le siège du bunker présidentiel.
    En parallèle, le lecteur suit les intrigues et histoires d’autres personnages, telles que celles d’un «ancien» de la légion des anges, de retour du front, mutilé mais encore viril, qui se produira dans des « life show » érotiques et clandestins pour femmes abandonnées :
    « La dernière mode, c’est de mater et de tripoter des soldats qui reviennent du front. Il y a une grosse demande, et pas beaucoup de mâles présentables. Je te l’ai déjà dit : tu as un beau corps, une belle queue, plein de cicatrices, tout ce qu’il faut pour plaire à ces dames. Si tu fais l’affaire, il y aura une dizaine de soirées par mois. »

    Ou celle de l’auxiliaire  Talverad qui, anxieux d’une promotion, se verra offrir le commandement d’un camp d’élimination des Ousamas. Il n’ira cependant pas au bout de sa mission puisque piégé par son adjoint, il sera conduit à un suicide romantique en compagnie d’une jeune détenue arabe dont il est tombé amoureux.D’ailleurs au « CERI », l’adjoint promu chef à son tour, sera à l’origine d’une traque pour anéantir non seulement les leaders de l’opposition au régime angélique en place, mais encore tous les autres détenus, mitraillés par les SGM (Soldats Génétiquement Modifiés) :
    « Le E de CERI signifie évacuation. Il s’agit, comment dire, d’un euphémisme pour désigner une évacuation radicale, une…élimination. L’Etat européen ne va tout de même pas élever des serpents venimeux dans son sein. Nous avons besoin de responsables déterminés pour mener à bien les opérations de nettoyage. Nos concitoyens ont compris qu’il était de leur intérêt de dénoncer les islamistes ou assimilés qui essaient de prendre racine dans le terreau européen. »
    Pibe et Stef vivront des aventures cauchemardesques le long d’un parcours que l’on peut qualifier d’initiatique pour le jeune garçon. Se soutenant mutuellement, ils sortent indemnes d’un accident de train causé par l’explosion d’un «AK » (kamikazes islamistes). Ils se rétablissent auprès de Gog et Magog, deux frères passionnés d’informatique qui retransmettent les dernières nouvelles militaires par le web. Ceux là mourront, attaqués en pleine forêt par des « Zombis» ou « SDF » (vagabonds drogués et cannibales).
    Fuyant le danger,  Pibe et Stef se réfugieront dans un village rempli de mongoliens puis à bord d’un bateau clandestin qui les transportera en direction des côtes de l’Albanie. Incidemment, Pibe sauvera Stef d’un viol. Avec leurs compagnons, des Ousamas en fuite,  bien plus ouverts d’esprit que maints Européens, ils aboutiront à Bucarest, puis de là à Piatra. Pendant ce temps Jean de la Valette, l’un des membres du sérail de l’archange, fait la connaissance de Mike, l’observateur américain. Par lui il apprendra (et nous aussi) l’origine de cette guerre entièrement initiée par les USA, afin d’amoindrir l’Europe et freiner l’expansion arabe tout en proposant de magnifiques contrats commerciaux :
    « Faire durer cette guerre, disiez-vous. Par quel moyen ? La guerre de position, la stratégie de l’immobilisme, toutes ces conneries expérimentées pendant la guerre de 1914-1948. Tous ça se terminera par des millions de morts des deux côtés, des pays exsangues, d’énormes besoins de reconstruction, des marchés gigantesques, un baby-boom, une consommation effrénée, bref un retour aux bonnes vieilles sources du capitalisme. D’autant que nous, les Américains, nous nous débrouillerons pour passer encore une fois pour vos sauveurs. »
    Ayant soutenu l’archange Michel dans son accession au trône de dictateur religieux et après quelque cinquante millions de morts plus tard, les Américains envisagent maintenant de changer de stratégie, en se débarrassant du vieillard pour y substituer un chef plus souple, en l’occurrence Jean de la Valette. Les événements se précipitent. L’archange, flairant un piège, déclenche une purge. Les jokers, Stef et Pibe ont réussi à s’introduire dans le bunker par des souterrains. Stef veut éliminer physiquement l’archange par vengeance : elle est la fille d’un ancien compagnon de route de celui-ci que le dictateur a assassiné. Stef, tenace, redoutable, toute entière imprégnée de la philosophie de Lao-Tseu qu’elle enseigne à Pibe, sait qu’elle aura sa chance, même si elle doit en mourir. Mais c’est Pibe qui tuera l’archange :
    « Il se concentra sur son tir, pressa la détente, léger choc, onde de chaleur dans sa paume et son poignet. Il vit la petite étoile noire s’ouvrir au milieu du front de l’archange, se nimber de pourpre, l’ombre blanche se recroqueviller sur le fauteuil. »
    Il sera sauvé par Mike qui a su immédiatement s’adapter à la nouvelle situation. La guerre prendra fin au moment même où l’adolescent, devenu enfin adulte, envisage de se rendre au Maghreb « pour apprendre à comprendre le cœur humain ».
    Un avenir proche et terrifiant, minutieusement disséqué. Bien que certaines péripéties se rapprochent beaucoup du vécu européen durant la Grande Guerre, l’horreur, la haine, la stupidité des fanatismes explosent dans un roman sans concession.Prouvant par là, encore une fois, que,  lorsque éclate la guerre « toute l’intelligence de l’homme se retrouve dans la trompette ». Un récit à lire et à méditer.


      Signaler Livre


    Retour utilisateur

    Il n’y a aucun avis à afficher.


  • Catégories

  • Livres