• bdd_livre.png.38ca27d0c9044ccbdbae2e058729c401.jpg

    Bienvenue dans la Base de Données des livres !

    Vous y trouverez des ouvrages post-apo que la communauté souhaite partager. Il vous est possible de rajouter des fiches de livres, alors partagez vos trouvailles avec la communauté FoGen ! Une grande partie des ouvrages que vous trouverez sont ici grâce au travail de Jacques Haesslé sur son site : http://destination-armageddon.fr/index.html. Un grand merci à lui pour son travail exceptionnel !

    Accédez au flux RSS :

  • La Prise De Londres Au Xxeme Siecle

       (0 avis)

    Fiche du livre :

    Type : livre

    Auteur : Pierre FERREOL

    Parution : 1891

    Thème : guerres futures 1


    Sur l'auteur :


    Préambule :

    la Prise de Londres au XXème siècle par P. Ferréol, L. Boulanger éd., sd (1891), coll. " Lectures pour tous, Aventures et Voyages ", 2 vols. (en un seul ouvrage cartonné), in-12 ème , 382pp. couverture muette. roman d’expression française. réédité en 1895. notice biographique in " Bulletin des Amateurs d’Anticipation Ancienne " N°s 15 , sept./déc. 1995 »
    1 ère  parution : 1891
    guerres futures 1


    Synopsis :

    Vol. 01. Coq et léopard
    L’affrontement entre la France et l’Angleterre débuta au Sahara. La mise en place d’une voie ferrée vers le Soudan, initiée par la France en la personne du jeune ingénieur Henri Léopold, inquiète l’Angleterre qui craint pour sa suprématie dans la région. Elle délègue un espion performant, Sir John Castlead, pour y mettre fin. Les sabotages répétés de l’Anglais retardent les travaux. Mais grâce à la nouvelle invention de Henri qui permettra de poser les rails de façon ininterrompue, et la volonté du directeur Pierre Corroy,  la voie de chemin de fer progresse malgré tout dans les monts du Hoggar :
    « C’était le train d’avancement, c’est à dire celui qui devait servir à la construction et marcher toujours en tête. Le bataillon de sapeurs qui allait être chargé de poser la voie, avec l’aide de travailleurs nègres ou arabes, n’avait pas d’autre logis. Par précaution contre une attaque de nomades, la locomotive, blindée par des plaques de tôle qui défiaient les balles, était placée au milieu du train. En avant et en arrière se trouvaient les wagons des officiers et de la troupe, installés pour servir de dortoirs, de salles à manger et de cuisines. Chaque wagon avait une grande longueur et était porté sur deux trucs (sic) à quatre roues, - ce que les Américains appellent des boggies. – Les troupes trouvaient là, en définitive, une véritable caserne ambulante, toujours à proximité du chantier. »
    L’étape prochaine sera la bourgade d’Asioulet où déjà notre espion, rejoint par son compatriote Will Murray, prépare une contre-offensive. Subvertissant les Touaregs, les deux hommes les lancent à l’assaut des Français pendant qu’à Asioulet, Castlead met le feu aux puits de pétrole :
    « L’établissement du chemin de fer avait, en effet, tout d’abord été contrecarré par les nomades, qui ne voyaient pas sans crainte cette invasion. Mais la Compagnie avait formé une milice solide qui s’était mise à battre l’estrade autour de la ligne. Après avoir été complètement défaits en plusieurs circonstances, les Hoggars jugèrent qu’il y a avait plus de profits à tirer de notre amitié que d’une lutte plus longue et cessèrent dès lors toute hostilité. »
    L’énorme incendie qui s’ensuivra procurera le délai nécessaire aux deux Anglais pour revendiquer comme possessions de la reine le parcours à venir où obligatoirement devront passer les rails. La vaillance du jeune lieutenant Solignon qui accompagne Corroy assainira la situation. Il pénétrera lestement dans les terrains de sa Majesté et capturera Castlead et Murray.
    Les travaux ferroviaires débouchant près du lac Tchad, les deux espions qui ont repris leur liberté, complotent encore auprès des tribus nègres, en les poussant à s’opposer aux Français. L’énergie de Corroy qui s’appuie sur la légitimité des rois nègres, éliminera les derniers obstacles. La Transaharienne a vu le jour, à l’avantage des Français. Jamais pourtant l’Angleterre ne pardonnera l’invasion des territoires annexés par Castlead, ce qui sera à l’origine de la guerre entre les deux Etats pour la « prise de Londres. »


      Signaler Livre


    Retour utilisateur

    Il n’y a aucun avis à afficher.


  • Catégories

  • Livres