• bdd_livre.png.38ca27d0c9044ccbdbae2e058729c401.jpg

    Bienvenue dans la Base de Données des livres !

    Vous y trouverez des ouvrages post-apo que la communauté souhaite partager. Il vous est possible de rajouter des fiches de livres, alors partagez vos trouvailles avec la communauté FoGen ! Une grande partie des ouvrages que vous trouverez sont ici grâce au travail de Jacques Haesslé sur son site : http://destination-armageddon.fr/index.html. Un grand merci à lui pour son travail exceptionnel !

    Accédez au flux RSS :

  • Assassinat Des Etats-Unis

       (0 avis)

    Fiche du livre :

    Type : livre

    Auteur : Will JENKINS

    Parution : 1951

    Thème : menaces et guerres nucléaires


    Sur l'auteur :

    (1896-1975) Pseudonyme de Murray LEINSTER. Auteur américain de science-fiction. Très tôt, il devint écrivain professionnel. Il publia plus de 1500 nouvelles et récits, notamment dans les pulps (Argosy, Astounding). Scénariste de nombreux films et auteur de scripts pour la radio et la télévision. Prix Hugo de la meilleure nouvelle


    Préambule :

    Assassinat des Etats-Unis par Will Jenkins, Hachette éd., 1951, coll. "Le rayon fantastique" N°1, 1 vol. broché, in-12 ème , 256pp. couverture muette. roman d’expression anglaise (USA)
    1ère  parution : 1951   titre original : the murder of the USA
    menaces et guerres nucléaires


    Synopsis :

    Les bombes atomiques s’abattent sur le territoire des Etats-Unis d’Amérique, balayant toutes les villes d’importance, faisant soixante-dix millions de morts en quelques minutes. Sans déclaration de guerre, sans que rien ne justifie un tel acte, des missiles d’origine inconnue, transitant par le pôle, écrasent le pays, « assassinent » les Etats-Unis. Toutes les nations du monde étant liées à l’Amérique par le pacte de Brienne qui stipule une réaction immédiate en cas d’attaque, solidaires avec le pays martyr, elles ne peuvent agir car l’identité de l’agresseur reste inconnue.
    La totalité de l’intrigue tourne donc autour de ce point : découvrir l’identité du pays agresseur. En vue de l’éventualité d’une attaque, l’on avait parsemé le territoire américain  d’un grand nombre de bases souterraines et secrètes, appelées « Terriers », en connexion radio les unes avec les autres, dont le seul objectif était de répliquer à coup sûr.  
    Le Terrier 89 est situé sous les montagnes rocheuses, sous le glacier Rainier. Il est dirigé par Fred Thale et le lieutenant Sam Burton, qui cherchent à percer eux aussi l’identité de l’agresseur. Le lieutenant Burton, apercevant des êtres humains en perdition  sur le glacier, les recueille au sein de la base. L’une des rescapées, Betty Clarke, est une ancienne connaissance de Sam qui s’en  méfie terriblement car il la prend pour une espionne.
    Sachant que la base va être incessamment la cible d’un coup nucléaire, Thale s’obstine à dévier les bombes pour, au moins, en récupérer une intacte dans le but de l’étudier. Par le brouillage des fréquences de guidage, Thale arrive à faire s’écraser l’un des missiles non loin de la base, sans que celui-ci n’explose. C’est par l’étude des composants électroniques de la bombe que Thale apprendra la vérité sur l’origine de celle-ci. Il se rend donc sur le lieu de chute alors qu’un nouveau venu dans le Terrier, le général Thaddeus Warsaw, exige qu’on lui remette le commandement.  Partout dans le monde, l’attaque inopinée provoque des émeutes, des tueries, des manifestations qui créent des centaines de milliers de morts :
    «A Londres, les grandes artères étaient tellement encombrées que les cadavres de gens étouffés continuaient à avancer, soutenus par la masse qui les entourait, fleuve humain s’écoulant avec une lenteur d’agonie vers les derniers faubourgs de la ville. A Paris, la panique provoquait une effervescence démentielle. Sur la grande place vers laquelle convergeait malheureusement quatre avenues alors qu’une seule rue étroite permettait d’en sortir en direction de la banlieue, les fuyards se concentraient en torrent. Chanceler, c’était tomber, et tomber, mourir. Là où la pression était la plus forte (…) s’élevait un monticule qu’il fallait franchir pour s’évader de cet enfer. Et le monticule allant d’un mur à l’autre, jusqu’à la hauteur du deuxième étage, était fait de cadavres piétinés. »
    Thale est près du but. L’identité de l’agresseur est certaine bien que celui-ci ait utilisé des composants électroniques achetés aux USA et qu’il ait situé sa base de lancement  loin de chez lui, en Antarctique. Sa manière d’assembler les éléments signe sa trahison. Thale meurt en transmettant ces informations à tous les Terriers. La contr’attaque commence. Warsaw –qui est un authentique espion – se suicide,  et Betty – qui est une authentique contre-espionne – rentre en grâce aux yeux de Sam. La base ennemie en Antarctique est écrasée sous un déluge de bombes ce qui provoquera la fonte du manteau rocheux du pôle sud. Tous les pays liés par le pacte de Brienne participent alors à la curée aux côtés des Etats-Unis et s’emploient à rayer de la carte du monde le pays de l’agresseur…
    « l’Assassinat des Etats-Unis » apparaît comme l’un  des premiers ouvrages portant sur le concept de « dissuasion » dans le champ romanesque, bien que de nombreux éléments liés à l’idée de guerre nucléaire totale en soient absents : importance de la radioactivité, «hiver nucléaire», disparition de la faune et de la flore, etc. Au fait : l’on ne saura jamais le nom du pays agresseur mais est-ce vraiment indispensable ?


      Signaler Livre


    Retour utilisateur

    Il n’y a aucun avis à afficher.


  • Catégories

  • Livres